MAFRIQUE



Bulletin écologique du Maghreb  17/10/2019

Tunis - En prévision des phénomènes extrêmes qui sont attendus en raison des changements climatiques, la Tunisie est appelée à se préparer, non seulement au niveau des politiques de l'Etat, mais également à une échelle plus restreinte (communautés locales, individus) pour prévenir les risques de ces changements et en atténuer les impacts, a affirmé le ministre tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taieb.

Il s’agit surtout de préserver la ressource en eau, vitale pour la survie et pour la croissance économique du pays, a dit le ministre lors d’une récente rencontre à Tunis, plaidant pour l’adoption d’une carte d’orientation des cultures et des exportations agricoles en fonction des quantités d’eau consommées.

Pour sa part, le président de l’Union tunisienne de l’Agriculture et de la pêche (UTAP), Abdelmajid Ezzar, a indiqué que la Tunisie aspire à accroître la superficie des cultures irriguées avec pour objectif, dans les années à venir, d'atteindre 90% des terres agricoles. 

Les participants à cette rencontre ont critiqué l’attitude des médias qui n’abordent pas la question de la préservation de l’eau. "Les chaînes de télévision réclament une somme colossale d’argent pour faire passer un spot publicitaire de sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l’eau", déplorent-ils.

Nouakchott -. La capitale mauritanienne abrite actuellement les travaux d’une rencontre nationale d’évaluation du cadre législatif et réglementaire du transport des matières dangereuses.

Cette rencontre de trois jours vise à analyser le cadre juridique et législatif international du transport des marchandises dangereuses et sa compatibilité avec le cadre national en plus de propositions sécurisant le transport de ces marchandises.

Elle permet aussi d’approfondir la compréhension des participants sur la nécessité de surveiller les marchandises dangereuses à leur entrée en Mauritanie et la connaissance des législations nationales dans le domaine de leur transport.

S’exprimant à cette occasion, le président de l’Autorité nationale de radioprotection, de sûreté et de sécurité nucléaire (ANRSN), Pr. Saleh Moulay Ahmed a indiqué que la problématique du transport des marchandises dangereuses en Mauritanie est liée à l’approvisionnement des industries minières et le transport des hydrocarbures.

Il ajouté que la sécurité de ce transport constitue une priorité du gouvernement qui a créé un cadre législatif et organisationnel assurant la sécurité effective des personnes, la protection de l’environnement et l'élimination des conséquences des effets négatifs des substances dangereuses. 
MAP

Nouveau commentaire :
Twitter