MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Samedi 1 Février 2020 - Par TAP

Tunisie. Bulletin Environnement@ Recherche n°15 (Février 2020)



Tunis -Voici le n°15 du Bulletin environnement&Recherche (Février 2020):


La Tunisie perd chaque année 25 mille hectares de terres agricoles Chaque année, 25000 hectares de terres agricoles sont détruits en Tunisie sous le double effet de l’érosion et de l’activité humaine, dont l’urbanisation.En 30 ans, le pays perd à ce rythme l’équivalent de la surface du Cap bon en terre arables, estime l'économiste Radhi Meddeb, déplorant un modèle qui n'est plus soutenable à moyen et long terme. "Nous devons rationnaliser notre gestion de la terre, de l’eau.En 1960, chaque tunisien bénéficiait de 1025 m3 de l’eau potable, aujourd’hui, malgré tous les investissements qui ont été faits dans ce domaine (barrages, lacs collinaires, les canaux), de transport de l’eau du nord vers le Cap Bon etvers le Sahel et les projets de dessalement d’eau saumâtre, la quantité d’eau disponible pour chaque tunisien est de 450 m3, elle a été plus que divisée par 2", a-t-il dit, dans un entretien accordé à l'agence TAP.

Dans la situation de stress hydrique, il est devenu impératif d'assurer les droits des Tunisiens à l’eau mais également préserver surtout les droits des générations futures. Cecipasse par une rationalisation de la gestion de la demande en eau potable. "Nous ne pouvons plus accepter que l’agriculture qui ne contribue qu’à hauteur de 12% du PIB, consomme plus de 80% des ressources en eau, c’est cela le changement de modèle économique, c’est plus de rationalité, plus de solidarité, plus de durabilité, plus d’efficacité, plus d’inclusion", préconise l'expert économique et homme d'affaires.

L'utilisation des sacs en plastique sera interdite à partir de mars 2020

La Tunisie interdira officiellement, à partir de mars 2020, la production, la distribution, l'importation et la détention de tous les types de sacs en plastique à usage unique avec ou sans anses intégrées ou ajoutées et fournis gratuitement, ou avec une contrepartie au consommateur dans les points de vente et locaux commerciaux. 

Cette interdiction aura lieu en vertu du décret gouvernemental n° 32 de 2020 (16 janvier 2020) entrant en vigueur à partir de mars 2020, s'agissant des espaces commerciaux et des pharmacies, et à partir du 1er janvier 2021 pour les producteurs, importateurs, fournisseurs et détenteurs de sacs en plastique à usage unique dont l'épaisseur est inférieure à 40 microns ou d'une capactié ne dépassant pas 30 litres. 

L'article 4 de ce décret stipule que tous les sacs en plastique, dont la production, la fourniture, la distribution et la détention sur le marché intérieur sont possibles conformément, aux dispositions de ce texte, doivent porter une indication claire rédigée en langue arabe avec la possibilité d'ajouter une autre langue. Ils doivent également comporter des données sur le nom du producteur ou de l'importateur, la date de fabrication, les matières utilisées pour sa fabrication, l'épaisseur et la capacité ainsi que l'expression "sachetbiodégradable", en plus de la référence de la norme ou du classement technique y afférent. WWF:Trente jeunes de Ghar El Meleh concrétiseront des idées de projets verts

Le Fonds Mondial pour la Nature (WWF-NA) et le Partenariat mondial pour l'eau en Méditerranée (GWP-Med- Global Water Partnership Mediterranean) ont lancé un processus visant à accompagner les jeunes de Ghar El Melh et du Grand Bizerte depuis l’identification jusqu’à la concrétisation de leurs idées de projets verts. 

Cette initiative est menée dans le cadre du projet baptisé "Conservation et Développement Durable des Zones Humides Côtières à Haute Valeur Ecologique", mis en œuvre à Ghar El Melh et financé par la Fondation suisse pour la Nature MAVA.

Un appel à candidatures est ouvert pour sélectionner une trentaine de jeunes de Ghar El Melh et du Grand Bizerte qui bénéficieront de cette opportunité.

Ces jeunes assisteront à un ensemble de formations ciblées et de sessions de coaching leur permettant à la fois d’élaborer leurs plans d'affaires "business plans" et de développer et renforcer leurs connaissances sur les thématiques liées à la gestion intégrée et durable des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique et à leurs idées de projet.

Les jeunes souhaitant bénéficier de cet accompagnement sont priés de contacter l’adresse mail suivante: gemwet.jobs@gmail.com Siliana : Perspectives prometteuses pour le tourisme écologique L’association « Ecologie » de Siliana a récemment, organisé une rencontre régionale sur les perspectivesde valorisation du patrimoine écologiquedela région, dans le but d’y promouvoir untourisme alternatif qui s’adapte aux changements climatiques. Durant cette rencontre, les interventions des chercheurs et des experts invités ont surtout porté sur les spécificités environnementales de la région, le plan de promotion du tourisme environnemental ainsi que sur le rôle de l’action associative dans le développement du tourisme écologique…

Le gouvernorat de Siliana dispose d’un patrimoine écologique riche et varié(le parc national de Jebel Serj, la grotte de Aïn Dhab, Aïn Boussadia, Hammam Biadha, Aïn Jebour,les chutes de Kesra, les barrages hydrauliques, les forêts de pins, la réserve naturelle Khroufa, le parc national d'El Feija, la réservenaturelle du Jebel Saddine…), ce qui fait de cette région une destination touristique incontournable. 

Un camp de formation à Tunis sur les défis écologiques en Méditerranée

Le programme régional Dialogue méditerranéen pour les droits et l'égalité, financé par l'Union Européenne, a organisé, du 28 au 31 janvier 2020, un camp de formation à Tunis sur « les défis écologiques en Méditerranée et le rôle de la société civile » à l’attention d’une trentaine de jeunes leaders de la société civile de dix pays arabes : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Mauritanie, Maroc, Palestine, Tunisie, et Syrie. 

L'évènement visait à faciliter le développement de réseaux régionaux, le renforcement mutuel des compétences, la promotion du plaidoyer, la création de canaux de coopération et le développement d'actions locales dans un cadre commun au-delà des frontières nationales, autour des principes de l'écologie et des défis environnementaux que rencontrent aujourd’hui, les pays de la région. 

Pendant cette formation, les participants ont été appelés à concevoir une action régionale commune, qui devra être simultanément, mise en œuvre dans les différents pays, à travers des initiatives et des campagnes de plaidoyer, avec le soutien et l’accompagnement du Med Dialogue for Rights and Equality.

Jendouba: Des associations revendiquent la fermeture définitive d'une carrière Des associations ont dénoncé la nonchalance du gouverneur de Jendouba, Ali Marmouri, qui a ignoré les revendications des habitants de la cité Douar Lahouaydia relevant dela délégationde Tabarka. En sit-in depuis le 23 décembre 2019, ces habitants revendiquent la fermeture définitive de la carrière située en amont d’une montagne, où ils vivent depuis plusieurs décennies. Selon ces associations, cette carrière a provoqué la pollution de l’eau de Aïn Thoukkara qui constitue la source principale d’eau pour les habitants de la cité Houaydia (délégation de Tabarka/ délégation d’Ennadhour, -Aïn Essoubeh). Cette source qui n’est pas connectée au réseau public d’eau potable, est utilisée par les habitants de ces régions pour l’irrigation des champs, ce qui a empoisonné les arbres et provoqué des fissures au niveau des habitations, outre la menace de provoquer encore des glissements de terrains.

Les associations signataires de cette déclaration estiment que les autorités régionales de Jendouba, les ministères de Tutelle (équipement, agriculture santé et intérieur) et les directions régionales, assument l’entière responsabilité de cette injustice qualifiée par les habitants de la région de « tentative de déplacementforcé » qui aurades retombées dangereuses. Les représentants de la société civile appellent également la présidence du gouvernement et la présidence de la République àintervenir d’urgence pourrétablir leurs droits garantis par la constitution et la loi.

Coronavirus : l'OMS déclare l'état d'urgence sanitaire mondiale 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de déclarer que l'épidémie de coronavirus, qui a fait au moins 170 morts, la plupart en Chine constitue "une urgence de santé publique de portée internationale".

Le Comité d'urgence de l'agence onusienne avait alors estimé que l'épidémie ne constituait pas une urgence de santé publique de portée internationale, en raison de ce qui se passe en Chine (foyer de l'épidémie et une centaine de cas), mais à cause de ce qui se passe dans 18 autres pays, dont 8 cas de transmission de la maladie en Allemagne, au Japon, en Vietnam et aux Etats-Unis. le Directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est montré, particulièrement inquiet de la possibilité de propagation de la maladie dans un pays doté d'un système plus faible. Nous devons agir maintenant, pour aider les pays à se préparer à cette éventualité », a dit le chef de l’OMS lors d'une conférence de Presse à Gènève.

Par ailleurs, des équipes de chercheurs des universités de Genève, EPFL de Lousane et de Manchester affirment avoir trouvé une substance à base de glucose qui détruit les virus par simple contact. En même temps, d'autres équipes testent des antiviraux déjà présents sur le marché, selon Futura Santé. Rejets d'eaux usées: la mode est la deuxième industrie la plus polluante

L'industrie textile est le secteur le plus gourmand en eau. A titre d'exemple, pour fabriquer un jean, il faut 11 000 litres d’eau. La mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde et est responsable de 20% des rejets d’eaux usées et de 10% des émissions de CO2 dans le monde, selon le site ADN.eu, un groupe qui plaide en faveur d'une nouvelle économie responsable autre que celle de l'abondance.

60 milliards de m2 de tissus sont produits chaque année. Au total, 60 milliards de m2 de chutes sont gaspillées lors de coupe. En 2015, on estimait qu’une seule usine de textile produisait 5% à 25% de déchets par année de productionet ce avant l’entrée des vêtements sur le marché. Seulement 20% des textiles sont recyclés chaque année dans le monde.

D'après les chiffres de la plateforme de mode durable Sloweare, environ 140 milliards de vêtements sont produits chaque année. Il nécessitent 79 milliards de mètres cubes d’eau. Un constat parfaitement illustré par la production des jeans qui nécessite pour une seule pièce 11 000 litres d’eau. Le secteur de la mode pollue, ainsi, plus que le trafic aérien et le transport maritime combinés.

Selon la Fondation Ellen MacArthur,d’ici 2030, la consommation mondiale de vêtements devrait augmenter de 63 %, passant de 62 millions à 102 millions de tonnes de vêtements, soit plus de 500 milliards de t-shirts en plus dans nos tiroirs. À ce rythme, le secteur représentera 26 % des émissions de gaz à effet de serre en 2050. Vers une meilleure évaluation des forêts 

La FAO va accroître l'étendue et la portée de sa boîte à outils pour le suivi géospatial grâce à la collaboration avec l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) qui améliorera la capacité d'accès aux plateformes de la FAO d'évaluation des forêts et de l'utilisation des terres, a indiqué la FAO sur son site électronique.

Un accord de trois ans a ainsi récemment été signé pour garantir aux pays membres de la FAO et à d'autres usagers un meilleur accès aux données JAXA et à des informations plus fidèles à la réalité du terrain par le biais des plateformes de surveillance forestière de la FAO.

L'objectif de cet accord est de coordonner l'information satellitaire pour aider les pays à réaliser les engagements qu'ils ont pris lors de l'Accord de Paris sur le climat étant donné que la déforestation et les changements dans l'utilisation des terres sont parmi les principales sources des émissions de carbone à l'échelle mondiale.

La boîte à outils géospatiaux de la FAO, dont fait partie le SEPAL - le Système d'accès, de traitement et d'analyse des données d'observation de la Terre - offre à tous un accès facile aux données satellitaires et permet à tous d'élaborer des informations essentielles sur les forêts et la couverture des sols qui sont utiles à leurs efforts pour atténuer le changement climatique et s'y adapter.




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Février 2020 - 12:57 Séisme politico-médiatique en Algérie

Mercredi 26 Février 2020 - 11:45 Pollution de l'air : Dakar sous un nuage de poussière