MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

11 Juin 2020 - AFP

Soudan: après l'arrestation de Kosheib, la CPI appelle les autres suspects à se rendre


​Nations unies (Etats-Unis) - La procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a appelé mercredi les suspects de crimes de guerre au Soudan à se rendre, au lendemain de l'annonce de la remise à La Haye, où siège la CPI, d'Ali Kosheib.


Ce chef de milices soupçonné de crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, "a été transféré à la Cour après sa reddition" en Centrafrique, a-t-elle rappelé lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'ONU, en félicitant ce pays, le Tchad, la France, les Pays-Bas et la mission onusienne à Bangui.

Elle n'a pas donné de détails sur sa capture.

"Il ne devrait y avoir aucune échappatoire à la justice pour les auteurs des crimes les plus graves au monde en vertu du droit international". "Je saisi cette opportunité pour appeler Abdallah Banda et toutes les personnes soupçonnées par la CPI à se rendre à la Cour pour répondre des accusations portées contre elles lors d'un processus judiciaire juste, objectif et indépendant", a ajouté la procureure.

Chef des milices Janjawid recherché depuis 2007, Ali Kosheib est un ancien proche du président soudanais déchu Omar el-Béchir, lui aussi recherché par la CPI et actuellement détenu à Khartoum.

Abdallah Banda, ancien chef du Mouvement Egalité et Justice, est recherché depuis 2019 pour crimes de guerre. Deux autres personnes sont aussi recherchées par la CPI.

Dans une déclaration conjointe, les dix pays membres du Conseil de sécurité qui sont des Etats parties au Statut de Rome ayant créé la CPI (Belgique, République dominicaine, Estonie, France, Allemagne, Niger, Saint Vincent et les Grenadines, Afrique du Sud, Tunisie et Royaume Uni), ont souligné leur volonté de lutter contre l'impunité.

"Nous réaffirmons notre engagement à défendre les principes et valeurs inscrits dans le Statut de Rome et à préserver son intégrité face aux menaces pesant contre la Cour, ses fonctionnaires et ceux qui coopèrent avec elle", indique cette déclaration sans préciser à qui elle fait allusion.

Les Etats-Unis ne sont pas membres de la CPI et la Russie s'en est retirée en 2016.


Tags : Ali Kosheib



              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss