MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Maroc-Afrique
Le Lundi 4 Novembre 2019 - Par MAP

Sijilmassa était un point de liaison entre l’Afrique, l’Orient et l’Europe (directeur de l’INSAP)


​Rissani - Sijilmassa était le point de liaison entre la moitié nord de l’Afrique, l’Orient et l’Europe, a souligné, samedi à Rissani (Province d’Errachidia), le directeur de l’Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine (INSAP), Abdelouahed Bensser.


Cette ville a été, du 8ème au 14ème siècle, le point incontournable vers lequel convergeaient toutes les routes des caravanes commerciales, des pèlerins et des érudits, a-t-il ajouté lors d’un congrès international sous le thème "Sijilmassa : la mémoire et le défi de développement", organisé par l’INSAP avec le soutien du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

Il a souligné que Sijilmassa était le trait d'union aussi entre les villes du Maghreb et les ports de la Méditerranée, ainsi que ceux du grand Sahara africain.

M. Bensser a relevé qu’une meilleure connaissance du patrimoine archéologique de cette ville historique est nécessaire pour mieux comprendre une étape importante de l’histoire du Maroc et de l’ouest de la Méditerranée dans les domaines intellectuel, économique, urbanistique et religieux.

Grâce à son rayonnement civilisationnel et aux énigmes qui entourent son histoire, Sijilmassa a suscité l’intérêt des explorateurs dès le 19ème siècle, a-t-il poursuivi, notant que ce congrès se tient à quelques kilomètres seulement de cette ville qui a contribué également à l’extension de l’Islam sunnite et à la promotion de la culture arabo-musulmane dans les pays de l’Afrique subsaharienne.

Il a exprimé le souhait que les débats lors de ce congrès soient focalisés sur les moyens de valoriser le site historique de Sijilmassa et d’adopter une approche globale visant la sauvegarde de ce patrimoine civilisationnel.

Pour sa part, le secrétaire général de la wilaya de la région de Drâa-Tafilalet, Driss Kerrouj, s’est félicité de la tenue de ce congrès à Rissani, dans le mesure où il contribue à faire connaitre et promouvoir le riche patrimoine archéologique et civilisationnel de cette région du Maroc.

La thématique choisie pour ce congrès scientifique tend à mieux comprendre le passé de cette région pour contribuer à l’édification de son avenir, a-t-il noté.

Les travaux de ce congrès ont démarré, samedi à Rissani, avec la participation d’une pléiade de chercheurs et d’experts marocains et étrangers. Ce congrès s’inscrit dans le cadre de la célébration de cette ville historique, 1.300 ans après sa fondation.

Les participants à cette rencontre scientifique se pencheront, deux jours durant, sur les rôles assumés par Sijilmassa, durant le moyen âge, aussi bien au Maroc, au Maghreb et en Afrique que dans le monde islamique.

Ce congrès constitue une plate-forme d’échange et de débat afin d’explorer les voies optimales pour la mise en place d’une protection juridique du site archéologique de Sijilmassa suite à l’avancée récente couronnée par son inscription sur la liste du Patrimoine National. 


Topics : Sijilmassa



Nouveau commentaire :
Twitter