MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

26 Février 2020 - Farid Mnebhi

Séisme politico-médiatique en Algérie


Initialement prévue, le 26 février 2020, la visite de la Ministre espagnole des Affaires Etrangères, Madame Arancha Gonzalez Laya, à Alger a été reportée sine die par les responsables algériens.


Cette bérézina politico-médiatique algérien a été suscité par l’insolence du Secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires Sociales, Nacho Alvarez, affilié au parti du Podemos, suite à son entrevue désinvolte, en date du 21 février 2020 à Madrid, avec la dénommée Souilla Birouk, une prétendue ministre de la pseudo RASD.

Cet acte hérétique et irresponsable d’un membre du gouvernement espagnol, issu de la formation politique d’extrême-gauche Podemos, acquis à la thèse séparatiste du polisario a été aggravé suite à son message lancé sur compte Twitter dans lequel ce membre du gouvernement espagnol a exprimé ouvertement sa « solidarité avec le peuple sahraoui » avant de rétropédaler et de le supprimer.

La réaction de la Ministre espagnole Etrangères des Affaires Etrangères n’a point tardé et a vu sieur Nacho Alvarez se faire rencarder par son homologue des Affaires Etrangères tout en lui rappelant que son comportement était en totale contradiction avec la position de l’Etat espagnol qui ne reconnaît pas cette entité factice créée, abritée et soutenue financièrement, diplomatique et militairement par l’oligarchie algérienne en uniforme vert-kaki.

La Ministre espagnole des Affaires Etrangères a tenu à assurer son homologue marocain sur cette entrevue indécente du Secrétaire d’Etat aux Affaires Sociale et a pu clarifier que celle-ci et la communication autour d’elle ne reflète pas la position du Gouvernement espagnol sur le dossier du Sahara marocain.

Madame Arancha Gonzalez Laya a rajouté que « la position de l’Espagne n’a pas changé sur le Sahara. Il s’agit d’une politique d’Etat. L’Espagne ne reconnaît pas la RASD et appuie les efforts du Secrétaire Général de l’ONU en vue d’une solution pacifique dans le cadre des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations-Unies ».

Une même réaction du leader de Podemos et vice-Président du Gouvernement espagnol, Pablo Iglesias qui a reconnu, le 24 février 2020, que les relations avec le Maroc, notamment sur le dossier du Sahara marocain, relevaient uniquement du Ministère des Affaires Etrangères.

Il ressort de ce report de la visite officielle à Alger de la Ministre espagnole des Affaires Etrangères par les autorités algériennes que le régime vert-kaki la question relève désormais de la psychanalyse, développe un tropisme maladif vers le Maroc, particulièrement le dossier de son intégrité territoriale. La « Issaba (mafia) » terrée au Club des Pins, à Alger, n’a visiblement pas apprécié que le numéro 2 du parti Podemos, sieur Nacho Alvarez, soit rencardé par son homologue des Affaires Etrangères, Arancha Gonzalez,

La marocophobie semble le principal orienteur de la politique extérieure algérienne, prête à sacrifier les intérêts de son propre peuple pour continuer de contrer les intérêts suprêmes du Maroc, à leur tête son intégrité territoriale, qui fait l'unanimité du peuple marocain, de Tanger à Lagouira, sans compter le large consensus international autour des droits légitimes et inaliénables du Maroc sur ses provinces sahariennes.

Quoi qu’il en soit, la déclaration dont s’est fendu le Ministre Podemos n’engage que lui-même, ou tout au plus son parti qui devra désormais réfléchir à deux fois avant de dire ou d'entreprendre quoi que ce soit qui n’aille pas dans le sens du respect de l’intégrité territoriale du Maroc.

Des réactions similaires en faveur de l’intégrité et de la souveraineté du Royaume du Maroc de Tanger à Lagouira ont été notées au Royaume-Uni et en Suisse.

En effet, le Département suisse des Affaires Etrangères a indiqué qu’aucune représentation officielle du polisario n’existe auprès de l’ONU à Genève, ni auprès du Conseil Fédéral Suisse et indiqué que les envoyés polisariens étaient porteurs de passeports algériens.

Même son de cloche au Royaume-Uni par la voix de son Ministre d’Etat britannique au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord, Monsieur James Cleverly, qui a déclaré, le 24 février 2020, que l’Accord d’Association conclu en octobre 2019 s’appliquait à tous les produits en provenance du Maroc, y compris le Sahara marocain, ajoutant que le Royaume-Uni ne reconnaît pas la pseudo RASD, n’a jamais considéré que le Sahara était occupé par le Maroc et que le statut de cette région du Royaume du Maroc est de la seule et unique compétence de l'ONU, sur la base de l'offre marocaine d'autonomie, pour trouver une issue réaliste et pragmatique au différend créé autour du Sahara marocain.

Au fait les autorités algériennes feraient mieux de s’occuper sérieusement du coronavirus qui vient de frapper l’Algérie et ce, au moment où rien n’est prévu dans les hôpitaux algériens. Ou est-ce une intox méprisable inventée de toute pièce par les autorités algériennes pour mettre un terme aux manifestations. Seul l’avenir nous le dira !





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss