MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

8 Juin 2020 - MAP

Revue de la presse quotidienne internationale maghrébine


Tunis - La presse maghrébine aborde, lundi, plusieurs sujets relatifs notamment aux derniers développements politiques et la situation épidémiologique en Tunisie et en Mauritanie.


Sous le titre "Des semaines décisives", "La Presse de Tunisie" écrit que ce lundi s'ouvre la semaine qui pourrait annoncer le dé-confinement total vers la fin de la seconde quinzaine du mois en cours à condition que les résultats honorables réalisés jusqu’ici en matière de prévention contre la propagation du coronavirus se poursuivant comme le prédisent les membres de la commission médicale nationale anti-Covid-19.

Et si les Tunisiens peuvent se prévaloir de s’attendre au cours des semaines à venir à réaliser de nouvelles réussites dans leur combat anti-pandémie, rien n’augure ou n’est en mesure de pressentir que la situation politique "endémique" caractérisant le paysage parlementaire et le paysage gouvernemental est sur la voie de l’apaisement, ajoute-t-il.

Dans ce sens, il déplore l’absence d’une trêve même de courte durée au cours de laquelle "nos politiciens au pouvoir, dans l’opposition ou évoluant dans le paysage national sous l’étiquette d’activistes de la société civile, décideront de se donner un peu de répit et reporteront pour un mois ou deux leurs querelles, leurs tiraillements et leur course effrénée sur la voie du buzz, du sensationnel et de l’investissement dans cette campagne électorale avant terme qui a démarré le jour même de la proclamation des résultats des législatives et de la présidentielle de fin 2019".

Le journal note que malheureusement, cette trêve ou ce petit moment de répit général restent un vœu pieux, voire un appel chimérique auquel ne répondra positivement aucune parmi les composantes du paysage politique tunisien tant les guéguerres et les batailles de positionnement, voire d’existence, ont atteint leur paroxysme annonçant une saison estivale chaude, trop chaude qui pourrait être couronnée par une transformation radicale de la donne politique dans le sens de voir le palais du Bardo changer de têtes dirigeantes au niveau de sa présidence et des blocs parlementaires qui se partagent actuellement les rênes du pouvoir et d’assister aussi à certains remous au sein du palais de La Kasbah où les trois prochains mois (juin, juillet et août) décideront peut-être du sort de son locataire actuel.

Pour "Kapitalis", qui titre "Covid-19 : La Tunisie est sur la bonne voie, mais gare au relâchement total", en Tunisie, l’épidémie du coronavirus est certes sous contrôle mais elle n’est pas encore terminée car "nous restons tributaires de son évolution dans le reste du monde".

"Anticiper pour mieux se préparer doit être notre mot d'ordre pour les prochaines semaines voire les prochains mois en Tunisie surtout que beaucoup de nos concitoyens sont déjà passés à autre chose", estime le journal.

Il relève que pour beaucoup d’entre eux, la Covid19 est un lointain souvenir et la menace n’existe plus, voire la pandémie a, à la limite, été exagérée, notant cependant que l’évolution de la situation aux Etats-Unis et au Brésil confirme que le virus circule encore fortement dans le monde sous forme d’épidémie mortelle et qu’il est loin encore d’être sous contrôle.

Il estime que la réouverture des frontières, décidées pour le 27 juin, pourrait apporter de nouvelles conditions favorables à une reprise de l’épidémie, rappelant que certains bio-mathématiciens prédisent toujours une seconde vague dont toutes les conditions semblent déjà réunies.

Le moindre relâchement pourrait donc être propice, d’après eux, à cette reprise, met-il en garde, faisant observer que sur le terrain, les Tunisiens sont dans une situation de relâchement total qui bien évidemment pourrait être à l'origine d’une seconde vague si le virus retrouve les conditions favorables pour reprendre du poil de la bête. 

Pour sa part, "Directinfo" rappelle fait savoir qu’aucun nouveau cas d’infection au coronavirus n’a été enregistré et ce, sur un total de 705 prélèvements dont 5 dans le cadre du suivi des cas actifs effectués samedi.

Le bilan reste donc stable à 1087 cas confirmés, depuis le début de la pandémie en mars dernier et le nombre des guérisons est passé à 982 cas et des morts des suites du COVID-19 en Tunisie, à 49.

De son côté, "Tunisie Numérique" revient sur les déclarations de la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, au ministère de la Santé, Nissaf Ben Alaya, qui a assuré que l’épidémie en Tunisie est sous contrôle, tout en appelant à la vigilance, durant cette troisième phase du confinement ciblé, en respectant surtout les consignes de la distanciation sociale, le port du masque et le lavage fréquent des mains.

D’après la même source, Ben Alaya a averti que si les services du ministère remarquent le moindre relâchement dans l’exécution de ces consignes, ils n’hésiteraient pas à revenir aux mesures restrictives du confinement.

En Mauritanie, les journaux évoquent la situation épidémiologique liée à la pandémie Covid-19, soulignant que le nombre de contaminations a dépassé 1000 cas, après l'enregistrement de 102 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures.

Avec ces nouvelles contaminations, le nombre total de cas confirmés de coronavirus en Mauritanie s'élève à 1049, précise la même source, citant le directeur de la Santé publique, Dr Sidi Ould Zahaf qui a également révélé que les cas de guérison ont atteint jusqu'à dimanche 108 et les décès 55.

Il a également souligné que 836 patients sont suivis par les services de santé, dont 825 asymptomatiques, 52 avec des symptômes légers et 9 cas graves.

Le virus s’est propagé dans 10 régions du pays : Nouakchott-Nord, Nouakchott-ouest, Nouakchott-sud, Nouadhibou, Adrar, Assaba, Brakna, Gorgol, Trarza et Inchiri, précise-t-on.

Pour Dr Sidi Ould Zahaf , il n'est pas possible de prédire quand la pandémie du Covid-19 atteindra son point culminant et combien de temps faut-il pour arriver à ce stade. "Nous n'avons qu'à attendre qu'elle atteigne son apogée avant qu’elle commence à chuter", a-t-il dit au cours de la conférence de presse quotidienne consacrée à la présentation de la situation épidémiologique dans le pays.

Il a, à ce propos, expliqué que l'objectif visé actuellement est de limiter les contaminations à travers le renforcement des capacités d'accueil où la priorité sera accordée aux personnes confrontées à un réel danger. «Il y a quatre niveaux de soins pour les contaminés au coronavirus dont ceux qui ne présentent pas de symptômes et qui sont isolés dans le campus universitaire, les cas qui manifestent des symptômes communs, qui sont admis dans les hôpitaux, ceux qui nécessitent une prise en charge avancée, qui sont hospitalisés dans les centres des maladies infectieuses et, enfin, les cas qui requièrent une réanimation et qui sont internés à l’Institut National d’Hépatologie et de Virologie de Nouakchott», a-t-il indiqué.

Dans ce contexte, la presse rapporte que le ministère de la Santé a annoncé qu'il avait mis en place un plan pour réduire les pertes de vie causées par la propagation du coronavirus, dont la plupart des victimes sont décédées en dehors des établissements de santé, ajoutant que le ministère a appelé les citoyens à coopérer avec les équipes de santé travaillant sur le terrain et à coordonner les efforts pour porter secours aux personnes malades.





              

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Juillet 2020 - 10:52 Bulletin de l'écologie de l'Afrique



Twitter
Facebook
Newsletter
Rss