MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

4 Juin 2020 - MAP

Revue de la presse quotidienne internationale africaine


Dakar - Les défis sanitaires et économiques liés au coronavirus est le principal sujet abordé et commentés par la presse africaine parue jeudi.


Au Sénégal, +Enquête+ écrit sous un titre en Une « Manifestations contre le couvre-feu et les restrictions : le virus embrase la rue », que des manifestations spontanées ont éclaté, mercredi soir, dans diverses villes du Sénégal, réclamant la levée de l'état d’urgence et du couvre-feu.

Son confrère +Les Echos+ renseigne que les manifestations réclamant la fin de l’état d’urgence et surtout du couvre-feu se multiplient dans le pays, soulignant qu’après plusieurs villes de l’intérieur, la capitale Dakar est entrée dans la danse, avec des manifestations nocturnes dans plusieurs communes de la capitale et sa banlieue.

Il a fallu que les forces de l’ordre soient déployées en masse, avec le renfort de l’armée dans certaines zones, pour appuyer la police, ajoute le journal.

+Sud Quotidien+ indique de son côté que le chef de l’Etat Macky Sall a décidé d’octroyer 3 milliards de Francs CFA (4,5 millions euros) aux acteurs du transport touchés par la pandémie de la covid-19, notant que la décision a été prise hier en conseil des ministres.

« Confirmant la stratégie d’assouplissement graduel des mesures restrictives liées à la pandémie de la covid-19, le chef de l’Etat a instruit les ministres en charge des Transports terrestres et aériens, en relation avec le ministre de l’Intérieur, de travailler, avec les partenaires du secteur des transports, à la levée des restrictions selon des modalités à convenir», peut-on lire dans le communiqué du conseil, relayé par le journal.



Au Gabon, +l'Union+ écrit sous le titre "CEEAC : un pas de plus vers la réforme" que depuis hier, Libreville abrite, par visioconférence, la 9e session extraordinaire du Conseil des ministres de la Communauté économique des États de l'Afrique Centrale (CEEAC), notant qu’il s’agit d’une réunion hautement stratégique à laquelle participent les ministres des Affaires étrangères des 11 pays membres.



Et de relever que l’objectif de la réunion est d’accélérer la mise en place de la Commission de la CEEAC.

Pour sa part, le site d’information +La.libreville+ revient sur l’évolution du Covid-19 au Gabon. Il indique qu’avec 424 tests réalisés, mercredi, (15689 au total), 99 nouveaux cas positifs ont été détectés (2902 au total), tandis que 22 nouvelles guérisons ont été enregistrées (801 au total) avec 0 nouveau décès (20 au total).

Au Rwanda, la presse locale focalise son attention sur le dossier du "financier" présumé du génocide de 1994, Félicien Kabuga, arrêté le 16 mai en banlieue parisienne après plus de 25 ans de cavale.

Le quotidien +The New Times+ rapporte que la cour d'appel de Paris a émis mercredi un avis favorable pour la remise à la justice internationale de Félicien Kabuga, accusé d'avoir créé, avec d'autres individus, les milices hutu Interahamwe, principaux bras armés du génocide rwandais qui a fait près d'un million de morts, selon l'ONU.

Selon le journal, qui cite un avocat rwandais proche du dossier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel qui était chargée d'examiner la validité du mandat d'arrêt émis par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), a ordonné sa remise à cette structure chargée d'achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR).

Son confrère +KT Press+ écrit qu’après le feu vert pour la remise de Félicien Kabuga à la justice internationale, la défense de l’accusé a annoncé saisir la Cour de cassation, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, qui aura deux mois pour se prononcer. 

En Ethiopie, +NEW BUSINESS ETHIOPIA+ rapporte que les ministres de l'eau de l’Ethiopie et du Soudan ont examiné lors d’une réunion virtuelle les moyens de reprendre les négociations tripartites impliquant l’Egypte sur le grand barrage éthiopien La Renaissance.

Les deux ministres ont convenu de relancer rapidement les négociations bloquées il y a quelques mois, souligne le média, notant que les deux responsables vont poursuivre les réunions virtuelles tous les deux jours. 

Le média rappelle que l'Egypte et l'Éthiopie n'ont pas réussi à parvenir à un accord sur la période de remplissage du barrage. 

L'Ethiopie prévoit de commencer le remplissage lors de la saison des pluies en juillet prochain et de le terminer progressivement en quatre ans, alors que l'Egypte a fait valoir que le barrage, qui va produire environ 5 000 mégawatts, doit être rempli sur une longue période de 11 à 20 ans, écrit le média éthiopien.

Sur le même sujet, +FANA BC+ souligne que les deux ministres ont échangé des vues sur les aspects procéduraux de la reprise des négociations triparties et sur les principales préoccupations clés relevées par chaque pays. 

Au Kenya, le journal "Daily Nation" braque ses projecteurs sur les nouvelles habitudes de salutation adoptées par les Kényans pour freiner la propagation du nouveau Coronavirus. "Alors que les cas de Covid-19 prennent une tendance à la hausse au Kenya, les citoyens adoptent de nouvelles habitudes de salutation, telles que les coudes", écrit le journal, ajoutant que les poignées de main, les câlins, les baisers sur les joues et les bosses aux épaules ont laissé place à de nouvelles formes de salutation plus sûres, à la fois dans les cercles officiels et informels.

Des personnes âgées aux jeunes, hommes et femmes, les bosses du coude sont maintenant devenues les salutations officielles des Kényans à la fois dans les cadres formels et informels comme dans les foyers, souligne le journal, en précisant que le président Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto ont cimenté la salutation dans les cercles formels du Kenya lundi lors des célébrations du Madaraka Day (Jour de l'indépendance) à State House.

Portant des masques, serrant les poings et souriant, Kenyatta et Ruto se sont salués par les coudes, poursuit la publication.

Au Ghana, +Daily Guide+ indique que le Ghana Statistical Service (GSS), en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale (BM), a lancé une enquête pour suivre l'impact de la maladie des coronavirus (COVID-19) sur les entreprises et les ménages à travers le pays.

L'enquête, dénommée "Localisateur de l'économie locale", étudiera l'impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 sur les individus, les ménages, les localités et l'économie nationale, fait savoir la publication.

Son confrère, +Daily Graphic+ rapporte que le Nouveau Parti patriotique (NPP) a accepté le président Nana Akufo-Addo comme porte-drapeau du parti pour le scrutin présidentiel de 2020.

En Côte d'Ivoire, le portail électronique "koaci.com" écrit que le président du comité de gestion du Fonds d’appui au secteur informel (FASI) Oguié Sain, a eu une rencontre avec les acteurs du secteur privé au cours de la 5ème réunion hebdomadaire du Comité Paritaire Technique sur la COVID-19 (CPT/COVID-19).

Il s'est prononcé sur les dispositions mises en place par l’Etat pour accompagner le secteur privé dans le cadre du plan de riposte contre la pandémie de la COVID-19. Au cours de cette rencontre, le Président a affirmé que du jeudi 14 au 28 mai 2020, ce sont 2679 acteurs qui ont bénéficié des subventions forfaitaires gratuites pour un montant total de 520 millions FCFA.

"Après une vague de 1260 bénéficiaires et une autre de 1.119, le vendredi 22 mai, une troisième vague de 400 bénéficiaires ont touché leur chèque ce 29 mai, portant ainsi le nombre à 2679", ajoute le site d'information. Sur un autre registre, "Abidjan.net" indique que le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables, Abdourahmane Cissé, a déploré, mardi, à Abidjan, l’utilisation illicite du gaz butane dans le transport.

"Le gaz devrait être exclusivement utilisé pour les ménages. Malheureusement nous constatons que dans certaines localités où même des véhicules de transport, l’utilisation de bouteille de gaz butane comme carburant", a déploré M. Cissé, invitant la population à éviter de faire du transvasement ou à utiliser les transports en commun utilisant du gaz butane comme carburant, car ces pratiques à risque sont à la base de plusieurs accidents mortels. 

En RD Congo, "Forum des As" écrit que le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA ) vient d'équiper la maternité de l’hôpital général de référence de N’djili, à Kinshasa, notamment en combinaisons de protection avec capuche, masques chirurgicaux, boîtes de sécurité, thermomètres frontaux à infrarouge, tabliers et lunettes de protection, gants, lave-mains et kits de dignité pour les sages femmes

“D'après le représentant pays de l’UNFPA Hounton Sennen, l’objectif principal de cette dotation après la formation des sages-femmes de cette maternité est de permettre aux femmes de continuer à accoucher en se préservant du risque d'attraper la Covid-19”, relève l’auteur de l'article. 

“Radio Okapi” souligne qu’un nouveau cas positif de l’épidémie de la maladie à virus Ebola a été déclaré à Bikoro dans la province de l’Equateur, en RDC.

Il s'agit d'une femme qui a assisté au deuil d'un autre malade décédé à Mbandaka, dans la même province, selon le vice- gouverneur de province Taylor Nganzi Nkeka, explique l’auteur de l'article.

En Afrique du Sud, +Sunday Times+ revient sur la situation sanitaire délicate qui affecte la province du Cap-Occidental à cause de la propagation rapide du coronavirus, signalant qu'environ 80 pc de la population de la province devraient contracter le Covid-19.

Citant le département de la Santé dans la province, le journal indique que parmi les personnes infectées, près de 80 pc devraient être asymptomatiques ou présenter des symptômes bénins, 15 pc pourraient nécessiter une hospitalisation, 5 pc auraient probablement besoin d'être placés en soins intensifs et entre 1 et 3 pc pourraient succomber au virus.

+Independent Online+ s'intéresse à la question de la reprise des cours dans les écoles sud-africaines après près de trois mois de fermeture à cause du covid-19. Le journal rapporte ainsi que trois syndicats d'enseignants se sont opposés à la décision du gouvernement d'ouvrir les écoles à partir de lundi prochain, affirmant que « cela est tout simplement impossible ».

Selon le secrétaire général du Syndicat sud-africain des enseignants démocratiques (Sadtu), Mugwena Maluleke, si en deux mois le département de tutelle n'a pas réussi à équiper 80 pc des écoles avec les moyens de protection contre le virus et que certaines provinces sont encore à 55 pc, il faudra un miracle pour préparer les écoles qui restent d'ici lundi.





              



Twitter
Facebook
Newsletter
Rss