MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

25 Avril 2020 - MAP

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine du 25/04/2020


Dakar – Les impacts économique et social de l'épidémie à coronavirus et les efforts fournis par les pays africains afin d'endiguer sa propagation sont les principaux sujets qui focalisent l'attention de la presse africaine parue samedi.


Au Sénégal, +Le Soleil+ rapporte que l'épidémie à coronavirus ne recule pas au Sénégal qui a enregistré, en 24 heures, 66 nouveaux cas positifs.

Vendredi, indique le journal, le Sénégal a dépassé la barre de 500 cas positifs et se retrouve avec plus de malades sous traitement (276) que de patients guéris (262), contrairement à la dernière tendance.

Son confrère +WalfQuotidien+ écrit sous le titre « Perspectives post-covid-19 : pourquoi plus rien ne devrait être comme avant », que le Sénégal, dont près de 60 % du PIB sont tirés du secteur des services et de l’artisanat subira de plein fouet les contrecoups de la crise sanitaire du coronavirus.

Selon le journal, l’arsenal industriel du pays est quasi exclusivement composé d’industries agro-alimentaires et extractives qui seront plus ou moins épargnées si les mesures de confinement et les restrictions des déplacements sont appliquées avec intelligence, de sorte à ne point interrompre les cadences de production et la libre circulation des biens et marchandises.

Mais, analyse l’auteur de l’article, « cette pandémie mondiale livre plusieurs enseignements sur la nécessité de restructurer notre économie extractive pour produire ce dont on a besoin notamment en matière alimentaire et dans le domaine de la santé afin de compter dorénavant que sur nous-mêmes ». 

En Côte d'Ivoire, "Fraternité Matin" rapporte que le couvre feu instauré le 24 mars sur l’ensemble du territoire national a été prorogé pour une nouvelle période de 15 jours, allant du 25 avril au 08 mai de 21h à 5h, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du COVID 19. Le Conseil des ministres avait adopté, précédemment, un décret portant prorogation de la durée du couvre feu, pour une nouvelle période de 15 jours, allant du 08 au 24 avril de 21 h à 5 h, rappelle le quotidien qui cite un communiqué de la présidence de la République. 

Sur un autre registre, le portail "Abidjan.net" fait savoir que la gendarmerie ivoirienne annonce avoir interpellé jeudi 13 passeurs (12 Maliens et 1 Ivoirien) et 38 passagers dont 11 mineurs en provenance de Zégoua, au Mali, et ayant contourné le poste frontalier de Pogo pour Ferkéssédougou, dans l’extrême nord de la Côte d’Ivoire. Ces personnes ont, selon la gendarmerie, été interpellées sur une piste villageoise, au nombre de « 13 passeurs (12 Maliens et 1 Ivoirien), 27 passagers adultes et 11 mineurs, tous en provenance de Zégoua (Mali), et ayant contourné à moto le poste frontalier de Pogo pour rallier Ferké ». 

Au Gabon, +l'union+ écrit que le gouvernement a sollicité du Parlement l’autorisation de proroger l’état d’urgence décrété le 09 avril 2020 par le Président de la République, notant que le projet de loi autorisant la prorogation de cette mesure a été adopté, vendredi à Libreville, lors d’un conseil des ministres tenu par visioconférence que la présidence du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

Selon la publication, le communiqué du conseil renseigne que "sur présentation de Madame la Ministre, le Conseil des Ministres a approuvé le projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence. En effet, par la présente loi, prise en application de l’article 50 de la Constitution et de l’article 4 de la loi n°11/90 du 16 novembre 1990 relative à l’état d’urgence, le Gouvernement sollicite du Parlement l’autorisation de proroger l’état d’urgence décrété le 09 avril 2020 par le Président de la République". 

Pour sa part, le site d’information +Gabonactu+ indique le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon a annoncé, vendredi soir, que 5 nouvelles personnes ont été dépistées positives au Covid-19 et 2 autres personnes ont été déclaré guéri.

"En matière de surveillance épidémiologique, sur les 111 prélèvements effectués, nous avons cinq (5) nouveaux cas positifs au Covid-19. Ce qui porte à 172 le nombre de cas positifs au Covid-19. Deux nouvelles guérisons ont été notifiées, soit un total de vingt-six (26) guérisons" , a notamment déclaré le porte-parole du comité Dr Guy Patrick Obiang Nondgporte.

En Ethiopie, +ADDIS STANDARD+ rapporte que l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) mobilise son réseau en Ethiopie pour venir en aide aux migrants actuellement soumis en quarantaine et aux autres qui viennent d'arriver des pays du Golfe.

L'Ethiopie compte plus de 117 cas confirmés de COVID-19 et quelque 3 000 résidents sont en quarantaine. Ces derniers jours, plus de 8 000 migrants sont rentrés dans le pays depuis le Golfe et d'autres pays voisins, des migrants qui pourraient être porteurs du virus, relève le média éthiopien.

Avec le soutien de l'OIM, les responsables locaux des zones rurales où résident de nombreux migrants mènent des actions de sensibilisation sur les dangers du COVID-19, écrit le média, ajoutant que l'OIM-Ethiopie apporte un soutien au gouvernement en fournissant de la nourriture et de l'eau, des masques, des gants et une aide pour le transport des centaines de migrants actuellement en quarantaine pour qu’ils puissent rentrer dans leur village d'origine. 

+FANA BC+ s’intéresse, de son côté, à l’opération porte-à-porte menée en Ethiopie dans le cadre des actions entreprises pour lutter contre la propagation du coronavirus. 

Plus de trois millions de ménages ont été concernés à ce jour par cette opération, menée par des équipes du ministère de la Santé, des experts en développement agricole, des enseignants et d'autres bénévoles.

L'opération a permis d'identifier 427 personnes présentant des symptômes du virus, rapporte le media éthiopien citant le ministère de la Santé. Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le Ghana pourrait bientôt commencer la production de ventilateurs, avec la mise en place de quatre prototypes de ventilateurs à bas prix par l'Academic City University College (ACUC), un établissement d'enseignement supérieur privé à Haatso, une banlieue d'Accra.

Développés par une équipe de 12 membres de l'ACUC, les ventilateurs seront envoyés à la Ghana Standards Authority (GSA), et une fois approuvés, la production réelle commencera, fait savoir le quotidien.

Son confrère, +Ghana Web+ indique que douze des seize régions du Ghana ont enregistré des cas confirmés de coronavirus, soulignant que le bilan des personnes contaminées par le nouveau virus est passé à 1279 cas, dont 10 décès.

Au Kenya, le journal "Daily Nation" rapporte que le Conseil des gouverneurs (CoG) s'est opposé à la proposition du Trésor national de réduire les allocations aux comtés de 46 milliards de shillings (environ 460 millions de dollars).

Cité par le journal, le président du CdG, Wycliffe Oparanya (Kakamega), a déclaré que cette décision "de mauvaise foi vise à paralyser les opérations dans les comtés", ajoutant que les gouverneurs se réuniraient mardi à Nairobi pour discuter des amendements proposés au projet de loi sur l'allocation des revenus du comté et prendre position.

"Il est désormais clair que le gouvernement national n'apprécie pas le rôle que les comtés jouent dans la campagne pour contenir la propagation du coronavirus", a-t-il déclaré.

"C'est tellement frustrant lorsque les comtés font de nombreux sacrifices pour soutenir les efforts du gouvernement national mais finissent par se voir refuser des fonds, alors que nos sources de revenus ont été durement touchées par la pandémie", a-t-il déploré. 

Au Rwanda, le principal quotidien +The New Times+ rapporte que la compagnie aérienne nationale, RwandAir, lancera des vols hebdomadaires à partir du 1er mai pour rapatrier les ressortissants rwandais bloqués à l'étranger, notamment aux Etats Unis et en Europe.

« Le gouvernement a finalisé un accord avec le transporteur national, RwandAir, et d'autres partenaires pour rapatrier les Rwandais bloqués à l'étranger », indique le journal qui cite le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

La publication précise que les vols annoncés seront organisés chaque vendredi à partir du mois prochain, ajoutant que le gouvernement rwandais a mis en place un plan visant à faciliter le retour de tous les Rwandais coincés à l'étranger, en particulier les étudiants en situation de difficultés. A Djibouti, le quotidien +La Nation+ rapporte que le gouvernement de la République de Djibouti et ses partenaires bilatéraux et multilatéraux se sont réunis jeudi en visioconférence pour faire le point sur la situation actuelle de la pandémie du nouveau coronavirus à Djibouti.

Les participants à cette réunion, présidée par le ministre djiboutien des Affaires étrangères, ont abordé la situation épidémiologique de la maladie ainsi que le dispositif national de riposte et la stratégie de gestion de l'épidémie, indique le journal.

Cette réunion, ajoute la publication, a connu la participation du ministre de l’Economie et des Finances, le ministre de la Santé, la ministre des Affaires sociales, les ambassadeurs accrédités à Djibouti et les représentants des organisations régionales et internationales.

En Afrique du Sud, +Sunday Times+ s'arrête sur les inquiétudes de malversation soulevées par certains observateurs concernant le Fonds d'urgence de 500 milliards de rands annoncé par le président Cyril Ramaphosa pour faire face à l'impact économique et social de la pandémie du Coronavirus.

Selon le journal, Ramaphosa a assuré que le gouvernement s'engage à être proactif en veillant à ce que les fonds alloués pour aider les populations sud-africaines les plus vulnérables ne se retrouve pas dans les poches de ceux qui sont au pouvoir.

De son côté, +Herald+ revient sur la hausse alarmante de vols et d'actes de vandalisme ciblant différents types d'établissements dans le pays durant le confinement, notant que les autorités ont arrête dernièrement 35 personnes suspectées de liens avec ces actes criminels dans la province du Cap Occidental.

«Les gens sont désespérés. C'est la faim qui provoque le pillage », s'est alarmé le secrétaire générale adjointe de la Coalition pour la justice sociale en Afrique du Sud (SJC), Mandisa Dyantyi, cité par le journal qui fait savoir que les gangs prennent pour cible des supermarchés, des églises, les établissements publics, les camions de transport de marchandises, entre autres.





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss