MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Mercredi 4 Décembre 2019 - Par MAP

Presse Revue de la presse quotidienne internationale africaine du 04/12/2019


Dakar - La lutte contre le terrorisme au Burkina, Mali et Niger, la vaste opération anti-corruptionau Gabon et la coopération militaire entre les Etats-Unis et l’Ethiopie sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue mercredi.


Au Sénégal, +Le Soleil+ qui titre à la Une « Lutte contre le terrorisme au Burkina, Mali et Niger : l'UEMOA octroie 60 milliards FCFA », relève que pour soutenir au plus vite les pays les plus exposés au terrorisme, dans l’espace communautaire, la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), qui s’est réunie mardi à Dakar, a décidé d’attribuer immédiatement 100 millions de dollars à trois de ses membres qui font partie du G5 Sahel.

Il s’agit du Mali, du Niger et Burkina Faso, poursuit le journal, notant que cette contribution s’inscrit dans le cadre de l’engagement pris par l’UEMOA pour participer à hauteur de 500 millions USD au financement du Plan d’actions de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour lutter contre le terrorisme dans l’espace CDEAO dans la période 2020-2024.

Son confrère +Le Quotidien+ affirme dans une tribune intitulée « L’APR et Macky Sall/Onze ans après : l’intelligibilité du phénomène Macky Sall », que le 1er décembre 2008 est une date à marquer d’une pierre blanche dans les annales de l’histoire politique du Sénégal, car elle signe la naissance de l’Alliance pour la République (APR), grâce notamment à cette figure emblématique qu’est le président Macky Sall.

Selon l’auteur de l’article, la démarche du président Macky Sall, est on ne peut plus claire, étant basée sur la concertation, le dialogue et la fraternité militante, soulignant que Macky Sall est un rassembleur et qu’il l’a prouvé à maintes reprises.

Au Gabon, +l'Union+s'intéresse à la vaste opération anti-corruption. Il écrit sous le titre "Scorpion : au tour des ex-ministres" qu’au lendemain de leur sortie du gouvernement, Brice Laccruche Alihanga (par ailleurs ex-directeur de cabinet du président de la République), Tongo Ondo Mba et Noël Mboumba ont été interpellés hier dans le cadre de l’enquête anti-corruption en cous.

Et d’ajouter qu’au reste, ils auraient été abondamment cités par des personnes actuellement en détention, selon le procureur de la République.

Son confrère revient sur la nomination du nouveau gouvernement. Il indique sous le titre "Exécutif : l’harmonie règne" que sur instructions du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, depuis plusieurs semaines, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé, est sur tous les fronts en vue de répondre aux attentes du peuple gabonais, notant que cette détermination vient d’être récompensée à travers sa reconduction à la tête du gouvernement.

En RD Congo +L'Avenir+ indique qu’à l’occasion de la journée internationale des personnes vivant avec handicap, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a adressé un “important” message au peuple congolais dans lequel il a noté que “l’année 2019 est aussi celle où le Parlement de notre pays se mobilise pour l’adoption de la loi organique portant participation, promotion et protection des personnes vivant avec handicap, telle que recommandée par l’article 49 de notre constitution”.

“A cet effet, il a encouragé l’Assemblée nationale et le Sénat qui ont déjà inscrit dans leurs calendriers, l’examen et l’adoption de ce projet de loi, à faire diligence afin de doter le pays d’un outil particulier devant répondre entre autres, à la question de représentativité des personnes vivant avec handicap”, souligne l’auteur de l’article.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ s'intéresse à la coopération militaire entre les Etats-Unis et l’Ethiopie.

+FANA BC+ rapporte dans ce sens qu’une délégation éthiopienne conduite par le ministre de la Défense, Lemma Megerssa, a pris part à la réunion du Comité de défense des deux pays, tenue à Washington.

Le chef d'état-major des forces de défense nationale, le général Adem Mohammed, ainsi que d'autres officiers supérieurs de l'armée éthiopienne, ont également pris part à cette réunion, souligne le média éthiopien.

La partie américaine était représentée par une délégation conduite par le major général William J. Walker, commandant général de la garde nationale du district de Columbia, ajoute +FANA BC+.

Au Rwanda, +RNA+ écrit que le pays des mille collines continue de prendre des initiatives innovantes dans l'optique d’atteindre son objectif d’un service public sans argent liquide d'ici 2024.

Le journal indique dans sa version électronique que deux sociétés de technologies opérant au Rwanda se sont associées pour fournir un dispositif de paiement homogène et intégré aux services de transport en commun de motos dans le pays, notant que le nouveau dispositif comprend une application logicielle permettant les transferts d’argent sur mobile et les paiements à la carte.

Le Rwanda compte plus de 50.000 chauffeurs de motos effectuant, chacun, jusqu'à 50 trajets par jour, précise le média, ajoutant qu’à ce jour, quelques 7050 motocyclistes ont déjà souscrit à ce dispositif, dont l’objectif visé est d’équiper toutes les motos de la capitale, Kigali, d’ici février 2020.

Sur un autre registre, la presse rapporte que le Rwanda a déployé cette semaine un contingent au Soudan du Sud pour une mission de maintien de la paix dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS).

Composé de 240 officiers de la police, ce contingent dénommé « FPU1-V » sera chargé de la protection des civils dans les camps de personnes déplacées, du personnel de l’ONU, de la sécurité des installations clés et de l’aide humanitaire, entre autres.

A Djibouti, +La Nation+ rapporte que le président de l'Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, a convoqué mardi l’ensemble des parlementaires pour une réunion d’information et d’évaluation de l’efficacité du plan ORSEC déclenché suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur l’ensemble du territoire djiboutien au cours des dernières semaines.

L’objectif de cette réunion consiste en premier lieu, à dresser un état des lieux de la situation, souligne le quotidien, indiquant qu’un comité de suivi et d’évaluation dirigé par le 1er vice-président de l’Assemblée national a été mis en place pour suivre et contrôler les actions qui ont été menées sur le terrain par la puissance publique.

Lors de cette réunion, les parlementaires se sont engagés à apporter un soutien moral et matériel aux populations sinistrées, ajoute la publication.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que plus de 4,8 millions de Ghanéens se sont inscrites pour la carte du Ghana depuis le lancement du projet de système d'identification national (NIS) remanié par le gouvernement.

Selon le Secrétaire exécutif de l'Autorité nationale d'identification (NIA), ces inscriptions concernent des régions du Grand Accra, de la Volta, de l'Oti, du Nord, de la Savane, du Nord-Est, de l'Extrême-Orient, de l'Upper West, du Bono Est et d'Ahafo, précise le quotidien.

Son confrère, +Ghanaian Times+ s'intéresse à l’annulation du référendum constitutionnel, prévu initialement pour le 17 décembre, en raison d'absence d'un large consensus national entre les principales parties prenantes et la population.

Au Kenya, les principaux quotidiens rapportent mercredi que le sénateur du comté de Nandi, Samson Cherargei, a été arrêté mardi par des détectives de la Direction des enquêtes criminelles (DCI).

Cité par les médias, le Directeur des Investigations Criminelles, George Kinoti a déclaré que Cherargei a été arrêté "pour avoir proféré des propos haineux" à l'école primaire de Kilibwoni, le 17 août 2019.

Le sénateur devra donc répondre d'accusations d'outrage à caractère ethnique suivant l'article 62 de la loi sur la cohésion et l'intégration, ainsi que d'incitation à la violence en violation de l'article 96 du Code pénal, a-t-il poursuivi.

Au Mali +l'indépendant+ rapporte en citant l'armée que deux soldats maliens ont été tués, lundi, et sept autres blessés par un engin explosif improvisé dans la région de Mopti (centre).

L'explosion s'est produite en milieu de journée à Diougani, dans la région de Mopti, a précisé l'armée sur les réseaux sociaux, sans donner davantage de précisions. 





Nouveau commentaire :
Twitter