MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

30 Avril 2020 - MAP - Ilias Khalafi

Marocains d'Afrique du Sud : le Ramadan, une consolation face à la pandémie et l'éloignement


​Johannesburg - Comme c'est le cas dans la majorité des pays africains, le Ramadan intervient cette année en Afrique du Sud dans un contexte très particulier : celui du confinement. Mosquées fermées, rassemblements religieux interdits, visites familiales et rupture du jeûne collective prohibées, ce mois sacré n'aura certainement pas le même goût pour les marocains d'Afrique du Sud.


Les mesures restrictives mises en place par les autorités sud-africaines depuis le 27 mars pour juguler la propagation de la pandémie du coronavirus ont imposé un mode de vie complètement différent. Avec les jours qui passent sous le confinement, un sentiment d'impuissance et de détresse s'empare de beaucoup de marocains qui vivent dans le pays de Nelson Mandela, loin de leur pays et de leurs familles.

Pourtant, s'il est vrai que l'ambiance ramadanesque habituelle ne sera pas au rendez-vous cette année, cette situation exceptionnelle serait peut-être une occasion de retrouver les valeurs essentielles et le sens profond de ce mois sacré et de s'éloigner, par là-même, des pratiques qui prônent le matérialisme et le consumérisme effréné.

Dans un contexte tendu, marqué par un sentiment d'anxiété dû à la surcharge d'informations au sujet de la pandémie de covid-19, le mois sacré du ramadan, qui a débuté samedi en Afrique du Sud, a ramené avec lui une atmosphère de quiétude et de spiritualité qui fait vibrer les cœurs et apaise les esprits.

Hassan, un marocain de 47 ans, qui vit en Afrique du Sud depuis 27 ans ne cache pas que beaucoup de choses ont changé durant ce Ramadan, déplorant qu'il n'est plus possible de profiter des sorties nocturnes pour faire les prières d'Attarawih, rencontrer ses amis ou tout simplement faire la marche pour profiter de l'air frais.

Ce père de 4 enfants installé dans la ville côtière de Durban (sud-est) a confié à MAP-Johannesburg que le seul soulagement qui lui reste est de pouvoir passer sa journée avec ses enfants qui créent une ambiance joyeuse et détendue dans la maison.

« Durant la journée je supervise les devoirs des enfants et les aide à comprendre leurs leçons, puis nous jouons ensemble aux jeux de société. Après la rupture du jeûne, nous faisons ensemble la prière d'Attarawih, à la maison », a-t-il dit.

Ce mois sacré, qui coïncide avec la mise en place du confinement total du pays, est ainsi une occasion pour renforcer les liens avec les membres de la famille en passant avec eux des moments précieux qui se faisaient rares durant les autres jours.

La cuisine marocaine est un autre moyen pour les marocains d'Afrique du Sud pour se ressourcer et garder le moral. Même loin de la mère patrie, la communauté marocaine reste fidèle aux traditions culinaires de leur pays d'origine en servant les différents mets succulents qui garnissent la table marocaine durant le Ramadan, y compris la fameuse "Harira", "Sellou", "Msemmen", les dattes, les figues séchées, le lait, entre autres.

Quant à Rachid, un jeune marocain résidant dans la ville du Cap (sud-ouest), il s'est dit heureux de voir le mois de Ramadan arriver puisque son coté spirituel procure une sensation de sérénité et aide à supporter la routine du confinement, surtout qu'il est confiné tout seul chez lui, loin de sa petite famille restée au Maroc à cause de la fermeture des frontières.

«Durant ce mois béni on se rapproche davantage de Dieu en lisant le Coran et en pratiquant la méditation », a dit le jeune expatrié qui vit depuis près de deux ans dans ce pays d'Afrique australe.

« Heureusement les moyens technologiques disponibles aujourd'hui nous permettent de rapprocher les distances et de rester en contact avec la famille et les amis » a-t-il signalé, avouant que l'ambiance unique de Ramadan au Maroc et les réunions familiales chaque soir sont les choses qui lui manquent le plus.

Condamnés à passer ce mois sacré loin de leurs familles, beaucoup parmi les ressortissants marocains résidant en Afrique du Sud s'adaptent comme ils peuvent afin de revivre les moments de convivialité qui leurs manquent tant.

Ramadan est certes synonyme de chaleur familiale, mais il est aussi un mois de piété, de recueillement et de spiritualité. Que ce soit pour ceux qui sont confinés seuls ou en famille, ce mois béni procure de la consolation face aux effets de la pandémie et de l'éloignement de la mère patrie. 


Tags : Ramadan



              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss