MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

2 Mai 2020 - MAP - Mohamed BOUZAKRI

MOSQUÉES TOUJOURS OUVERTES, LES MALIENS ACCUEILLENT LE RAMADAN AVEC PEU DE CHANGEMENT


Bamako – A l'instar de leurs coreligionnaires partout dans le monde, les Maliens accueillent cette année avec une grande ferveur et dans une ambiance empreinte de piété et de spiritualité le mois du Ramadan ou le "carême" comme localement surnommé, dans un contexte particulier marqué par la propagation de la pandémie de Coronavirus.


Cependant et en dépit du couvre-feu instauré par les autorités maliennes, la fermeture des écoles, les mesures sociales prises et les actions de sensibilisation pour le port des masques de protection et le respect de la distanciation sociale pour mettre à l'abri de la pandémie de coronavirus, les pratiques spirituelles des Maliens lors de ce mois de bénédiction ne seront pas affectées du fait que les mosquées, espaces de prière et de recueillement, sont toujours ouvertes pour accueillir les fidèles .

En effet, dès la rupture du jeûne, les Maliens affluent en grand nombre vers les mosquées en vue d'accomplir les prières d’Al-Icha et des Taraouih, alors que des oulémas et des prêcheurs se mobilisent sans cesse et s’emploient à traduire le Saint Coran dans les langues locales pour faciliter son interprétation au profit des fidèles.

Tout au long du mois, des conférences sont organisées dans les différentes mosquées et lieux de culte pour inculquer aux fidèles les préceptes de l’Islam, la bonne conduite et la voie à suivre durant le Ramadan pour accomplir correctement le jeûne. Aussi des séances de psalmodie et de récitation du Saint Coran pour implorer la clémence et le pardon du Tout-Puissant.

Si le quotidien des Malien ne subit aucun impact du Covid-19, c'est grâce notamment au Président Ibrahim Boubacar Keïta qui a rejeté toute idée "de confiner les Maliens".

"Nous ne pouvons pas confiner les Maliens, bloquer les Maliens, les condamner à la mort par la faim. Nous avons le devoir de les protéger", a-t-il assuré lors de sa sortie des urnes à l'occasion du second tour des élections Législatives.

Ainsi, les banques, les administrions publiques, les cafés, les restaurants et même les grandes surfaces commerciales ainsi que les marchés populaires poursuivent presque normalement leurs activités, en observant timidement quelques règles de prévention notamment le lavage des mains, la mesure de température et le respect de la distanciation sociale.

Face à la situation, et vu la distanciation sociale recommandée, les Marocains établis au Mali se sont trouvés contraints de rompre certaines habitudes et d’adapter leur mode de vie aux circonstances imposées par cette épidémie et ce dans le respect strict des mesures sanitaires prises par les autorités maliennes pour faire face à la propagation de cette pandémie dans le pays qui compte à présent plus de 400 cas de contamination.

Dans ce sens, l’ambassade du Royaume à Bamako a pris plusieurs mesures pour répondre, dans la limite du possible, aux attentes des Marocains de Mali.

Ainsi dès le début de la crise, il a été procédé à la mise en place d’une plate forme créé sur WatsApp pour mettre en communication les Marocains résidents en non résidents au Mali. Ensuite une autre mesure a consisté en l’organisation de consultations médicales à distance.

Avant même l’avènement du mois béni de Ramadan, les Marocains de Mali qui avaient l’habitude de se retrouver ensemble pour la rupture du jeûne, ont fait preuve du sens élevé de patriotisme, de mobilisation, d’entraide et de solidarité en ces temps difficiles de crise sanitaire aiguë.

En effet, ils se sont engagés massivement dans un esprit de partage pour que cet "illustre hôte", tant attendu, soit accueilli dans les règles de l’art et en parfaite symbiose avec les traditions ancestrales en apportant des aides sous différentes formes et soulager les conditions de vie de quelque Marocains bloqués au Mali, après la fermeture de frontières de ce pays ouest-africain.

Tout cela laisse dire qu’au Mali, comme partout dans le monde islamique et malgré cette période délicate de Coronavirus, en ce mois sacré de recueillement, d’adoration et d’invocation, les populations demeurent fortement attachés à leur valeurs culturelles, us et coutumes portant sur l’entraide et la solidarité.

En effet, le Ramadan ne constitue pas seulement un mois de privation de nourriture, mais également une période de purification de l’âme et du corps, de générosité, d’altruisme, de solidarité conformément aux préceptes authentiques de l’Islam.

Chaque année et depuis le début du mois sacré de Ramadan, ce moment de rapprochement de Dieu et de solidarité avec autrui, les différentes composantes de la société malienne fédèrent toutes les énergies pour semer la joie au cœur des démunis.

Le mois sacré de Ramadan constitue ainsi, une occasion au Mali pour propager les valeurs d’entraide et de solidarité à travers des initiatives menées par les autorités locales, les communautés religieuses, la société civile et même par des individus afin d’aider les personnes en situation de précarité.

Ces actions portent aussi sur la distribution de denrées alimentaires, la collecte de dons et des offrandes de cadeaux qui permettent aux bénéficiaires de célébrer dans une ambiance conviviale, le mois de Ramadan qui regorge de profondes significations morales et religieuses.

Ces initiatives d’entraide, de générosité, de solidarité et de tolérance ainsi que de cohésion sociale et de fraternité, relèvent des traditions et des comportements des Maliens toutes couches sociales confondues, et ce conformément aux nobles principes et valeurs de la sainte religion.


Tags : RAMADAN



              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss