MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Vendredi 16 Février 2018 - Par Nouakchott - Saharamédias

Le FMI met en garde la Mauritanie contre l’emprunt et recommande un investissement prudent




Le directeur général adjoint du fonds monétaire international, Mitshuhiro Furusawa a déclaré vendredi que la Mauritanie a besoin d’adopter une stratégie d’investissement prudente appelant à la nécessité de créer davantage d’opportunités d’emplois afin d’améliorer les conditions de vie des populations.

Des déclarations qui interviennent à la fin de la visite en Mauritanie du responsable du FMI, au cours de laquelle il a rencontré le premier ministre Yahya O. Hademine avec lequel il a eu des entretiens qualifiés de fructueux.

Furusawwa a ajouté qu’il a évoqué avec le premier ministre les derniers développements économiques dans le pays qu’il a qualifié de positifs et adaptés à la situation internationale.

Il a ajouté qu’il avait convenu avec le premier ministre qu’il était temps d’entreprendre des reformes structurelles nécessaires à l’accélération de la croissance, la consolidation de l’économie et la création de nouvelles opportunités d’emplois afin d’améliorer les conditions de vie.

Evoquant la coopération entre son organisme et la Mauritanie, le directeur général adjoint du FMI a dit qu’elle sera consolidée à travers un programme d’appui sur trois ans d’un montant de 163,9 millions de dollars, mais il a appelé à la nécessité d’appliquer une stratégie d’investissement prudente afin d’augmenter les structures essentielles et la création d’opportunités d’emplois tout en garantissant la fiabilité de la dette publique.

« Malgré le besoin du financement des infrastructures de base, a encore dit Furusawa, il va falloir éviter les prêts non concessionnels et améliorer la gestion de la dette.

La Mauritanie connaît depuis quelques jours une véritable diatribe à propos du niveau de la dette avec l’approche de sa phase critique, au moment où les milieux de l’opposition affirment que les prêts contractés n’ont pas eu d’impacts positifs  sur les conditions de vie des populations et ne se sont pas traduits à travers des projets d’infrastructures.

Une opinion démentie par les soutiens du gouvernement.
 
 



Nouveau commentaire :
Twitter