MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

18 Juin 2020 - MAP

Grande manifestation en Kabylie pour soutenir des détenus du "Hirak"


​Alger - Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, mercredi, devant le tribunal de Béjaïa, grande ville de Kabylie, pour réclamer la libération des militants du mouvement populaire anti-régime "Hirak", a indiqué la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l'Homme (LADDH).


Dans une déclaration à la presse, le vice-président de Ligue, Saïd Salhi, a souligné que deux manifestations de soutien rassemblant des centaines de sympathisants et relayées sur les réseaux sociaux se sont déroulées dans le calme à Béjaïa, l'une devant le tribunal et l'autre dans le centre-ville.

"Le procès de Merzoug Touati, Yanis Adjila et Amar Beri, prévu mercredi, a été reporté au 1er juillet et la liberté provisoire refusée", a-t-il précisé, notant que les trois activistes ont été arrêtés vendredi dernier lors d'un meeting de soutien aux détenus d'opinion, rapidement réprimée par la police et placés samedi sous mandat de dépôt.

Ils sont poursuivis pour "incitation à attroupement non armé", "publication pouvant porter atteinte à l'intérêt national" et "mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement".

Par ailleurs, le journaliste Fodil Boumala, figure connue du Hirak, a été placé ce mercredi sous mandat de dépôt par un juge du tribunal de Dar El Beida, ont indiqué l'avocate Rezazgui Nassima sur son compte Facebook et le CNLD.

Boumala, arrêté dimanche dernier à Alger, est notamment poursuivi pour "incitation à attroupement non armé", "offense à corps constitué" et "publications de nature à attenter à l’intérêt national". Son procès est renvoyé pour dimanche 21 juin.

De son côté, Amira Bouaraoui, ancienne membre du mouvement "Barakat", a été arrêtée ce mercredi à son domicile sis à Oued Romane, sur les hauteurs d’Alger, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus.

Selon le CNLD, une vingtaine de militants ont été arrêtés, présentés devant les tribunaux, condamnés ou ont vu leurs procès renvoyés pour les deux seules journées de dimanche et lundi.

Le Comité a recensé près de 70 détenus d'opinion actuellement derrière les barreaux, la plupart pour des publications sur Facebook. 


Tags : Hirak



              



Twitter
Facebook
Newsletter
Rss