MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Maroc-Afrique
Le Samedi 9 Novembre 2019 - Par MAP

Casablanca: Grand-messe autour de la formation médicale continue au Maroc et au Maghreb


​Casablanca – Les travaux du 36ème Congrès médical national et du 47ème Congrès médical maghrébin ont démarré, vendredi soir à Casablanca, sous le signe de la promotion de la formation médicale continue au Maroc et dans la région.


Organisées sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, à l'initiative de la société marocaine des sciences médicales (SMSM), les deux rencontres réunissent, en deux jours, plusieurs médecins et experts marocains, algériens, tunisiens, libyens et mauritaniens pour discuter de plusieurs questions en lien avec la thématique choisie cette année, à savoir "la formation médicale continue du médecin généraliste, une nécessité et un devoir: Quel modèle pour le Maghreb ?".

"La formation médicale du médecin généraliste est un sujet auquel SM le Roi Mohammed VI accorde une importance cruciale, eu égard à l'impact positif de cette formation sur la performance et le rendement du médecin marocain", a indiqué le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général par intérim du ministère, Abdelilah Boutaleb.

Les attentes des citoyens en matière de santé sont grandes et diverses, a-t-il poursuivi, relevant que dans un contexte caractérisé par une demande élevée et des besoins croissants, le Maroc déploie des efforts colossaux pour développer le système de Santé. Ce développement ne peut être atteint sans une mobilisation collective pour garantir les moyens nécessaires à même de répondre aux besoins des malades, a estimé le ministre.

En outre, M. Ait Taleb a fait savoir qu'une grande partie des besoins de santé des citoyens est liée aux maladies chroniques qui sont coûteuses matériellement et moralement, énumérant quelques statistiques faisant ressortir que 33% des Marocains âgé de plus de 20 ans souffrent de l'hypertension, 6,6% sont diabétiques et 13,2% sont obèses.

Le ministre a, ainsi, appelé l'ensemble des acteurs concernés, chacun de sa position, à contribuer à la sensibilisation sur l'importance de la prévention et à l'élaboration de programmes visant à lutter contre les effets et conséquences de ces maladies. 

Par ailleurs, M. Ait Taleb a mis l'accent sur la médecine de famille qui permet d'offrir les soins de santé primaires et globaux à l'ensemble des membres d'une famille, quel que soit leur âge, sexe et nature de maladie. 

Ce type de médecine a pour but de renforcer la santé de la famille et de prévenir contre les maladies, ce qui contribue à préserver leur santé et à protéger la société de la contamination, a-t-il précisé.

Et d'ajouter que ces congrès constituent l'occasion propice pour jeter la lumière sur les nouveautés scientifiques dans ce domaine, échanger les expériences et les expertises entre les représentants des pays maghrébins et sortir avec quelques recommandations.

De son côté, le président de la SMSM, Moulay Said Afif, a reelvé que la formation médicale continue, qui constitue un engagement d'éthique personnel et professionnel, est devenue une obligation réglementaire, comme le prévoit loi 131-13 relative à l'exercice de la médecine. 

Il a, dans ce sens, fait remarquer que la société accompagne les médecins en formation et ceux déjà formés, en collaboration avec tous les intervenants dans ce domaine, à savoir le ministère de la Santé, le conseil national de l'ordre des médecins (CNOM), les facultés de médecine et de pharmacie (FMP) du Royaume et les sociétés savantes. 

"Nous devons nous inspirer des pays qui nous ont devancé dans ce domaine en s'adaptant aux spécificités maghrébines", a dit M. Afif, notant que cette formation médicale continue doit permettre de garantir notamment l'indépendance scientifique, l'amélioration de la qualité des soins, l'évaluation des pratiques professionnelles et la prévention des risques. 

En outre, il s'est arrêté sur le sujet de la médecine de famille, discipline scientifique et universitaire qui, selon lui, doit relever plusieurs défis à commencer par celui d'être considérée comme une spécialité permettant aux étudiants de médecine d'en faire un choix de carrière égal à n'importe quelle autre spécialité. 

Lors de ces congrès, présidés par le Pr. Naima Lamdouar Bouazzaoui, deux prix ont été lancés pour encourager la recherche scientifique. Il s'agit du prix maghrébin de recherche "Pr. Abdellatif Berbich" et du prix de recherche de l'interne et du résident "Pr. Moulay Ahmed Iraqi". 

La cérémonie inaugurale de cet événement a été marquée par la présence notamment du Wali de la région de Casablanca–Settat, Gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch, ainsi que du président de la Société Tunisienne des Sciences Médicales (STSM), du doyen de la faculté de médecine d'Alger et du président de la société mauritanienne des sciences médicales. 





Nouveau commentaire :
Twitter