MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

12 Juin 2020 - MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 12 juin :


Côte d'Ivoire-France-pandémie

La France a accordé un montant de 20 milliards FCFA, soit environ 30,5 millions d'euros, à la Côte d’Ivoire pour lutter contre la Covid-19 dans le pays.

L'information a été officialisée lors de la signature, mardi dernier à Abidjan, d’avenants aux conventions dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) et d’un prêt souverain de l’Agence française de développement (AFD), rapporte l'Agence ivoirienne de presse. Ce programme s’inscrit dans le cadre du financement du plan de riposte sanitaire COVID 19 mis en place par le gouvernement face à l’urgence causée par la riposte à la pandémie.

Le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, assurant l’intérim du Premier ministre, a relevé que la contribution du C2D qui s’élève à 8,26 milliards FCFA sur les 20 milliards débloqués, servira à acquérir des réactifs, les intrants et équipements pour les laboratoires de prises en charge des malades et à financer des travaux d’électricité à l’institut pasteur. +++++

Côte d'Ivoire-fisc-douane Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a indiqué qu’au cours du premier trimestre 2020, le coût des exonérations fiscales et douanières s’établit à 77.5 milliards de FCFA contre 85.7 milliards F CFA enregistrés à fin mars 2020, soit une baisse, de 10.2 milliards F CFA.

Ce coût représente 7.4% des recettes brutes mobilisés par les administrations fiscales et douanières contre 9.5% à fin mars 2020. Ces exonérations ont étés particulièrement importante en matière de TVA et de droits de douanes, dont les montants cumulées se chiffrent à 66.5 milliards F CFA.

Les secteurs d’activités ayant bénéficié des exonérations les plus importantes sont principalement, l’industrie, les services et l’administration.

Mali-USA-coopération

Les Etats-Unis à travers l'Agence pour le développement international (Usaid), viennent d'accorder 2,3 millions de dollars au Mali afin de renforcer l'aide au développement, rapportent des médias.

Ce financement concernera les secteurs de la santé, l'éducation, l’agriculture, les droits humains, la bonne gouvernance et la lutte contre le terrorisme.

Cet appui financier accordé par Washington vient compléter une allocation de 54 milliards FCFA (environ 93 millions de dollars) déjà mobilisée en faveur du Mali.

Cameroun-budget

Le Cameroun achèvera l'année 2020 avec un déficit budgétaire officiellement estimé à 986,6 milliards FCFA, représentant 4,5% du PIB, rapporte l’agence Ecofin.

Cet indicateur explose ainsi dans la Loi de finances rectificative du 3 juin 2020, par rapport à la projection initiale de 1,5%, selon une note du ministère des Finances.

D’après le média, en plus d’être largement au-dessus du seuil de déficit de 3% imposé par les critères de convergence de la Cemac, le déficit budgétaire projeté au Cameroun en 2020, suite aux effets du Coronavirus, met quelque peu le pays en délicatesse avec le Fonds monétaire international (FMI).

En RD Congo, les mesures de confinement et autres suspensions d'activités économiques, sans compter les exonérations accordées aux opérateurs économiques pendant la période de covid-19, font que les recettes publiques ont considérablement diminué.

Cette diminution des ressources financières s'observe tant au niveau des ressources internes qu’externes. Le FMI évalue à 531 millions USD l’écart de financement que le gouvernement congolais a enregistré suite à la pandémie à coronavirus pendant les 5 premiers mois de l’année, soit 1,1% du PIB national.

Le représentant résident du FMI, Philippe Egoumé, a conseillé mercredi le gouvernement de préparer un projet de loi de finances rectificative pour l’exercice 2020 et améliorer la transparence des finances publiques.

Tanzanie-Télécoms 

En Tanzanie, le Fonds d'accès universel aux services de communications (UCSAF) et l'opérateur Tanzania Telecommunication Company Limited (TTCL) ont signé un accord pour la couverture télécoms de 45 villages (520 000 Tanzaniens) dans les neuf prochains mois. 

Ce projet, dont le coût s'élève à 5,1 milliards de shillings (2,2millions USD), permettra à près de 520.000 personnes d’accéder à divers services télécoms. 

L’accord signé par l’UCSAF et TTCL rentre dans le cadre de la mise en œuvre la 5e phase du projet de fourniture des services de communication aux zones rurales marginalisées. Le gouvernement tanzanien estime que l'introduction des services télécoms dans les zones rurales est un catalyseur de développement économique et social.

Au Kenya, les utilisateurs du port demandent une prolongation de la période de stockage gratuit des marchandises pour les importations locales afin d'amortir les coûts supplémentaires générés par la pandémie.

Cette requête survient presque un mois après que la Kenya Ports Authority (KPA) a prolongé la période de stockage gratuit pour les importateurs et les exportateurs de fret en transit, laissant les tarifs locaux inchangés.

Dans les tarifs révisés de stockage gratuit de trois mois qui sont entrés en vigueur le 18 mai, les conteneurs d'importation en transit ont droit à 14 jours de stockage gratuit au port et à l'Inland Container Depot-Nairobi (ICDN), rappelle-t-on.

Ghana-Entreprises

Au Ghana, 5000 start-up recevront des prêts d'un montant global de 50 millions de cedis ghanéens (8,6 millions de dollars) pour financer leurs activités.

Cette ressource assortie d’un taux d’intérêt de 10 % s’inscrit dans le cadre du troisième volet d’une initiative gouvernementale de soutien aux entreprises.

Quelque 26.000 jeunes entrepreneurs issus des 16 régions du pays bénéficieront de cette initiative gouvernementale. Ils auront droit à une assistance technique sous forme de conseil, de mentorat et d’accompagnement.

Nigeria-Banques

Le groupe nigérian, Access Bank, envisage de mettre à disposition et sous forme de prêts, une enveloppe de 257,7 millions de dollars au profit des entreprises évoluant dans le secteur de la santé. Ces crédits de long terme seront assortis d’un taux d’intérêt annuel de 5 % et exclusivement réservés aux entreprises locales.

Les fabricants d’équipements médicaux, les hôpitaux, laboratoires, pharmacies et autres acteurs évoluant dans la chaîne de valeur de la santé sont éligibles à ce financement.





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss