MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

13 Mai 2020 - MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 13 mai :


Sénégal-Consommation

L'impact des mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 a fait remonter les prix à la consommation au Sénégal à 1,1% au mois d’avril 2020 contre 0,1% au mois de mars 2020, a-t-on indiqué mardi auprès de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Cette évolution résulte principalement d’un accroissement des prix des services de transports et des produits alimentaires et boissons non alcoolisées, dû à l’impact des mesures de lutte contre la propagation du COVID-19, a notamment expliqué l’ANSD. 

Côte d'Ivoire-BAD-aviation

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, récemment à Abidjan, un don de près de 7 millions de dollars US à la Commission africaine de l'aviation civile (CAFAC) pour la mise en œuvre du Marché unique du transport aérien africain (MUTAA).

Avec cet appui, le Fonds africain de développement, guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la BAD, supporte 89,5% du coût global du projet, estimé à 7,65 millions USD (5,58 millions d’UC), le reste (10,4%) étant cofinancé par la CAFAC, indique un communiqué de la Banque.

La CAFAC pourra ainsi mettre en place le cadre institutionnel et réglementaire approprié et sensibiliser l’opinion à la mise en œuvre réussie du MUTAA.

Le projet, d’une durée de 36 mois, comprend trois composantes : le renforcement institutionnel de la CAFAC afin de fournir à l'organisme d'exécution et aux autres institutions parties prenantes (communautés économiques régionales, États et compagnies aériennes) les connaissances et les compétences nécessaires pour établir durablement le MUTAA ; un appui au développement durable du transport aérien en Afrique par le renforcement de la sûreté, de la sécurité et de la protection de l’environnement ; la gestion, le suivi et l’évaluation du projet.

C.Ivoire-BAD-Djibouti-géothermie

La Banque africaine de développement (BAD) a récemment approuvé un financement additionnel de 3,22 millions de dollars US en faveur du projet d’exploitation géothermique dans la région du lac Assal de Djibouti.

Ce financement s’ajoute aux 6,83 millions USD et 14,68 millions USD antérieurs approuvés par la BAD respectivement en juin 2013 et mai 2018, portant ainsi sa contribution totale à 24,73 millions de dollars américains, indique un communiqué de la Banque.

Le projet auquel ce financement additionnel est destiné vise à améliorer la qualité de vie de la population djiboutienne à travers l’augmentation de la capacité de production d’énergie verte, la réduction des importations pétrolières, et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il a pour objectif d’explorer le champ de vapeur géothermique du lac Assal, situé au centre du pays, et de confirmer les caractéristiques de la ressource géothermique. 

Gabon-telecoms

A fin décembre 2019, le nombre total d'abonnés au téléphone au Gabon s’est situé à 3 millions de clients, en hausse de 0,5%, grâce au dynamisme du téléphone filaire (+2,1%), selon les chiffres de la Direction générale de l’Economie et de la politique fiscale.

Parallèlement, le nombre d’abonnés à internet haut débit a progressé de 6,5% en glissement annuel.

Selon la même source, le taux de pénétration est situé autour de 95%, grâce au déploiement de la fibre optique et les offres promotionnelles des opérateurs.

Rwanda-Thé

Le Rwanda a exporté plus de 9.317 tonnes de thé transformé entre janvier et mars 2020, selon des statistiques publiées mardi par l'Office national de développement des exportations agricoles (NAEB).

D'après l’Office rwandais, les exportations du thé transformé ont généré durant cette période plus de 27,6 millions de dollars de recettes.

Cette performance représente une augmentation des volumes et des revenus de 15% et 27% respectivement par rapport à la même période de l’exercice précédent, a indiqué le NAEB.

Ghana-Pétrole

Le gouvernement ghanéen vient d'ordonner à la société locale Springfield E & P et le producteur italien Eni d'entamer immédiatement des pourparlers sur l'unitisation des champs pétroliers Afina et Sankofa, récemment découverts au large.

L'unitisation est l'exploitation conjointe et coordonnée d'un réservoir identique de pétrole et/ou de gaz par différents propriétaires d’où les champs puisent leurs fluides. C'est le meilleur mécanisme pour assurer la récupération maximale de pétrole et de gaz de manière efficace et empêcher un forage compétitif qui pourrait endommager le réservoir.

Les deux compagnies ont reçu cette directive sur la base de preuves techniques montrant que le réservoir chevauche les deux blocs.

Les deux parties ont 120 jours pour mener à bien les négociations, faute de quoi le ministère de l'Energie évoquera la loi pour définir les conditions de l’unitisation. Elles décideront aussi des parts qui reviennent à chacun dans la nouvelle configuration.

Nigeria-Aérien

Face aux lourdes conséquences de la crise sanitaire causée par le COVID-19 sur le secteur du transport aérien, l’Association du transport aérien international (IATA) exhorte l’Etat nigérian à prendre des mesures d’allégement financier spécifiques à l’aviation. 

Avant la crise, l’aviation a contribué pour 1,7 milliard de dollars au PIB du Nigéria et a soutenu 241 000 emplois. L’IATA estime que la crise du COVID-19 met en danger 124 000 emplois nigérians et quelque 900 millions de dollars du PIB du pays.

"L’industrie fait face à une crise de liquidité. Sans un secteur de l’aviation viable, la récupération éventuelle au Nigéria du COVID-19 sera plus longue et encore plus douloureuse. Des mesures d’aide financière spécifiques à l’aviation sont nécessaires de toute urgence pour survivre », a indiqué Muhammad Albakri, vice-président régional de l’IATA pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

Kenya-Economie

L'Agricultural Finance Corporation (AFC), la banque publique dédiée au financement du secteur agricole au Kenya pourrait obtenir du National Treasury of Kenya, des injections financières pouvant atteindre jusqu'à 1,5 milliard de shillings (14,1 millions $) sur une période de trois ans, rapportent des médias locaux.

Cette injection devrait permettre à l’établissement bancaire kényan de poursuivre ses opérations de prêt en direction des acteurs du secteur agricole. L’Agricultural Finance Corporation envisage également de s’associer à des investisseurs pour accroître ses prêts et garanties à l’endroit de sa clientèle. Selon cette institution, 80 % de la population vivant en milieu rural dépend de l’activité agricole.

RDC-Change

La crise sanitaire de la pandémie au Coronavirus est venue bousculer davantage le cadre macroéconomique de la République démocratique du Congo, qui était déjà fragile au début de l'année 2020, suite aux pressions exercées sur le marché des biens et services et celui des changes.

La Banque centrale du Congo a indiqué que le Franc Congolais a perdu 6,8% de sa valeur durant les quatre premiers mois de l'année contre 2,3% sur l'ensemble de l'année 2019.

Sur le marché de Kinshasa, le Franc Congolais se change autour de 1850 le dollar américain. Une situation qui met en mal les opérateurs économiques, tous secteurs confondus en cette période de Coronavirus. 





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss