MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

23 Mars 2020 - MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 23/03/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 23 mars :


Sénégal-Afrique-Economie

Le Conseil des ministres de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a exprimé la "détermination" des gouvernements des pays membres de l'union, à prendre toutes les mesures nécessaires pour "vaincre" la pandémie du Covid-19 et "limiter ses effets négatifs" sur la population et sur l'économie.

Selon un communiqué relayé par l’agence de presse sénégalaise APS, le Conseil des ministres de l’UEMOA s’est réuni en session extraordinaire par visioconférence, vendredi, sous la présidence de Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des finances du Bénin, son président en exercice.

Côte d'Ivoire-BAD-fraude

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé l'exclusion de Beulah Universal Link Resources Limited pour 36 mois et Bluestream Systems and Device Limited pour 12 mois, deux entreprises enregistrées au Nigeria, annonce un communiqué de l’institution financière africaine.

Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a établi que Beulah Universal Link Resources Limited et Bluestream Systems and Device Limited se sont livrées à des pratiques frauduleuses dans le cadre de leur offre conjointe présentée dans le cadre du projet d’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement en milieu urbain, mis en œuvre dans l’état de Oyo au Nigeria.

Lors de leur participation à un appel d’offres pour les contrats de construction et de réhabilitation de réservoirs d’eau, ces entreprises ont déformé leurs qualifications pour l’obtention de ces contrats, selon la BAD.

Kenya-transport aérien

La compagnie Kenya Airways a annoncé une réduction de salaire de 75% pour l'équipe de sa direction ainsi qu'un congé sans solde pour certains de ses employés à compter du 1er avril, en réaction au coronavirus qui a obligé la compagnie aérienne à suspendre ses vols dans le but de contenir la situation.

"Nous traversons une période difficile et je tiens à réitérer que nous sommes dans le même bateau. Je vous assure que vous êtes au centre de chaque décision affectant notre compagnie aérienne", a déclaré le PDG de la compagnie, Allan Kilavuka.

"Nous évaluons l'impact de ces événements sur vous et nous nous sommes efforcés de préserver les emplois dans l'ensemble de l'entreprise. Nous ne prenons donc aucune décision sur les licenciements", a-t-il assuré.

Ethiopie-BM-Financement

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé un financement d’un montant total de 500 millions dollars en faveur de l’Ethiopie.

Ce financement qui comporte un prêt de 250 millions dollars et un don 250 millions dollars «va permettre la mise en œuvre du programme de réformes contenu dans la deuxième phase de croissance et de renforcement de la compétitivité de l'Ethiopie (DPO)».

Selon la Banque mondiale, l’économie de l’Ethiopie devrait atteindre un taux de croissance de 6,3 pc du PIB en 2020, après un taux de 7,9 pc en 2019.

Ghana-Energie

Le ministre de l'Énergie, Peter Amewu a affirmé que son département dispose d’assez de fonds pour alimenter le pays en électricité.

"Nous avons suffisamment de capacité de production et une provision financière plus que suffisante. Les délestages sont du passé ", a affirmé le responsable.

Cette réaction intervient après la rumeur selon laquelle la série de délestages que subit actuellement le pays serait due à l’incapacité du gouvernement à approvisionner les centrales du pays en combustible.

Le Ghana subit depuis une semaine environ, une série de délestages qui prive les habitants d’électricité quasiment chaque nuit.

Togo-Emploi

Les autorités qui tablent d’ici à 2022 sur la création de 500 000 emplois, ont en effet, décidé de rendre accessible la création d’entreprises à la bourse du plus grand nombre.

L’objectif est de faire du pays non seulement la 1ère destination des Investissements directs étrangers (IDE) en Afrique, mais également un pays de promotion de l’entrepreneuriat.

Pour relever ce défi, il a été procédé à la suppression des droits d’enregistrement et de timbre à la création d’entreprises. Les droits d’enregistrement étaient fixés à 2% du capital social pour les apports en numéraire et 4% du capital social pour les apports en nature. Les droits de timbre quant à eux étaient fixés à 1500 FCFA la page pour les actes sous seing privé et à 1000 FCFA pour les actes notariés.

Tchad-Coton

Au Tchad, le gouvernement injectera plus de 3 milliards de Fcfa par an sur les cinq prochaines campagnes cotonnières afin de réduire le prix des engrais aux producteurs, a annoncé le président tchadien Idriss Deby.

Concrètement, le prix des engrais livrés aux producteurs sera diminué de 6000 à 7000 Fcfa par sac afin de stimuler l'utilisation d’engrais par les exploitants et de renforcer la production.

« On est aux alentours de 500 à 600 kilos à l’hectare. Or par l’intensification de l’utilisation des engrais, on passerait facilement à 1 200 ou 1 300 kilos à l’hectare. Et cela va plus que doubler la production des paysans, leur rendement, et donc le revenu peut être doublé », explique Ibrahim Malloum, secrétaire général en charge de la commercialisation à CotonTchad.

RDC-coronavirus-économie

L’ancien Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo, a indiqué que si le gouvernement ne prend pas des mesures nécessaires face à la pandémie de coronavirus, les finances publiques devraient se détériorer, l’inflation augmenter, la monnaie se déprécier fortement et les arriérés de salaires augmenter.

Pour les experts de la Banque centrale du Congo, les impacts probables du coronavirus dans le monde sur la RDC sont, entre autres, la perte de croissance économique, la baisse des rapatriements des devises, la baisse de la rentabilité des fonds propres des banques, la baisse des recettes du trésor, la dépréciation du taux de change et l’accélération de l’inflation, le risque de la baisse des réserves de change et la dégradation de la situation sociale. 





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss