MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Jeudi 21 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 21/11/2019


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du jeudi 21 novembre :


Sénégal-Industrie

L'activité industrielle sénégalaise a poursuivi sa tendance baissière en septembre enregistrant un pourcentage négatif de 4,6 %, a annoncé l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

"L’activité industrielle, au courant du mois de septembre 2019, est marquée par une poursuite de la baisse enregistrée depuis le mois précédent. Elle est ressortie à - 4,6% comparée au mois d’août 2019", souligne la structure dans sa Note d’évolution mensuelle de la production.

Le rapport impute cette chute à une contreperformance notée dans les activités de production des industries des matériaux de construction, extractives, mécaniques, chimiques, du papier et du carton et de production d’énergie.

Ghana-Télécoms

Les recettes télécom du Ghana ont augmenté de 1,1 million de dollars par mois depuis la mise en service, en octobre 2018, de la plateforme de contrôle du trafic télécoms, a fait savoir la ministre ghanéenne de la Communication, Ursula Owusu-Ekuful.

L'équipement, fruit d’un contrat signé en décembre 2017 entre le gouvernement ghanéen et Kelni GVG, avait été adoptée dans l’optique de vérifier les informations issues des compagnies de téléphone à des fins fiscales.

D’après la ministre, avant l'introduction de la plateforme, le pays a perdu 300 millions de cédis (54,03 millions dollars US) de revenus fiscaux entre 2015 et le premier trimestre de 2017 en raison de potentielles fausses déclarations fiscales.

La plateforme surveille au quotidien et en temps réel un total de 2,5 milliards de transactions télécoms qui incluent les appels, les SMS et les transactions d'argent mobile.

Nigeria-Cacao

L'Association des producteurs de cacao du Nigeria (CAN) a revu à la baisse son estimation de la production de cacao en 2019/20. Elle est anticipée en recul de 17% par rapport à l’estimation initiale comprise entre 305 000 et 310 000 tonnes.

Cette baisse est expliquée par des précipitations abondantes en septembre et octobre qui ont provoqué des inondations et accentué le risque que la maladie de la black pod qui frappe les exploitations cacaoyères et endommage les cultures.

Togo-Assurance

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) a récemment signé des accords avec l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA), afin d’appuyer l’adhésion de trois pays membres potentiels, à savoir le Cameroun, le Niger et le Togo.

Ces accords permettront à ces pays "de bénéficier pleinement de l’adhésion à l’ACA et d’un accroissement des investissements dans des secteurs tels que l’agriculture, l’énergie, la production manufacturière et la santé", a indiqué Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

De plus, "cette nouvelle coopération renforcera l’impact de l’assurance-investissement, essentielle au développement durable en Afrique de l’Ouest", a-t-il souligné.

Kenya-Economie

Les différents département ministériels kényans ont jusqu'au 30 novembre pour régler des factures en suspens des fournisseurs s'élevant à plus de 178 milliards de shillings (environ (1,78 milliard de dollars), une mesure de nature à paralyser les activités de certains ministères.

Sur ordre du président Uhuru Kenyatta, le ministre de la Fonction Publique a adressé des notes à l'ensemble des départements ministériels les sommant de régler intégralement tous les factures en suspens d'ici la fin du mois.

"Veuillez noter que le gouvernement s'est engagé à effectuer ces paiements d'ici le 30 novembre 2019. Je demande à toutes les personnes concernées de prendre les mesures nécessaires pour respecter l'échéance", a souligné le ministre.

Les médias kényans ont relevé cependant que le règlement intégral des factures en suspens pourrait presque paralyser certains ministères, comme celui de la Santé qui a des factures en attente d’un montant de 41,7 milliards de shillings pour un budget total de 92 milliards de shillings pour cet exercice.

Le ministre de la Santé, Sicile Kariuki, a indiqué à ce propos que si son département devait régler toutes les factures, "il serait au point mort".

RDC-Budget-Dépense-Contrôle

La commission économique et financière (ECOFIN) de l'Assemblée nationale examine le projet de loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2018. Ce rapport d’exécution de la loi de finances 2018, présenté aux députés nationaux, épingle des nombreux dysfonctionnements dans la gestion des finances publiques.

Par rapport aux dépenses de l’administration, le rapport renseigne que trois institutions et quinze ministères ont connu plus de 100% d’exécution des dépenses. Voté à hauteur de 63 millions USD, le volume des dépenses de la Présidence de la république se situe à 302 millions USD soit 476,22%. Sur ce montant, la rubrique budgétaire réservée aux frais de fonctionnement a été payé à hauteur de 256 millions USD contre les prévisions de l’ordre de 28 millions USD soit 897,84%.

Sur les prévisions de 23 millions USD, les dépenses de la Primature ont connu un paiement de 40 millions USD, soit 176%. En ce qui concerne la rubrique budgétaire réservée au fonctionnement, il y a une exécution de 18 millions USD contre les crédits votés de 10 millions USD soit 180%.

CEMAC-banques

La Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC) pourrait constituer un risque majeur pour les activités d’exploitation de la Banque centrale commune aux pays membres de la Cemac, si de bonnes décisions ne sont pas prises, selon l’Agence Ecofin, qui cite des sources proches des institutions de cette sous-région. 

Un conseil extraordinaire des ministres de l’Économie et des Finances de la communauté se tient à Yaoundé au Cameroun et le sujet est à l’ordre du jour.

Selon les éléments collectés, la BDEAC a exprimé des besoins de refinancement pour des projets publics et privés. Si les projets privés ne causent pas de souci particulier, ceux relevant du domaine public font l’objet de contraintes, expliquent les mêmes sources. 





Nouveau commentaire :
Twitter