MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Mercredi 20 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 20/11/2019


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 20 novembre :


Sénégal-Economie-Transport

Air Sénégal SA, a procédé, mardi à Dubaï, à la signature des termes principaux relatifs à l'acquisition de huit avions Airbus A220-300, a annoncé la compagnie nationale dans un communiqué.

Le ministre du Tourisme et des Transports aériens a pris part à la cérémonie de signature d'acquisition des huit Airbus A 220-300, un type d’avion nouvellement arrivé sur le marché, précise le texte relayé par l’agence de presse sénégalaise APS.

La cérémonie de signature a eu lieu en marge du salon aéronautique de Dubaï.

Ghana-Industrie

L'industrie cinématographique a généré 1,4 million de dollars de revenus en 2018, selon un rapport Entertainment and Media Outlook Africa 2019, du cabinet d'audit PwC.

Ce rapport permet également d’analyser les progrès de l’industrie cinématographique ghanéenne qui avait affiché une certaine stagnation, au niveau de ses revenus, en 2017, avec 1,3 million de dollars exactement comme en 2016.

A ce propos, les prévisions de PwC montrent que le cinéma dans ce pays ne connaîtra pas, dans un futur proche, une soudaine explosion comme sur d’autres marchés africains.

En effet, le cabinet prévoit que le secteur génère 1,5 million de dollars en 2019 et en 2020. Pour 2021, il est prévu 1,6 million de dollars, mais le secteur affichera les mêmes revenus en 2022 et 2023.

Togo-Infrastructures

Sur la période couvrant 2010-2018, le Togo a réalisé des investissements de l’ordre de 680 milliards FCFA dans le développement et la modernisation des infrastructures routières.

La bagatelle investie a servi à réhabiliter, renforcer, aménager et bitumer plus de 800 km de routes ainsi qu’à réaliser des ouvrages d’art.

Nigeria-Bourse

L’Association of Securities Dealing Houses of Nigeria (ASHON) s’apprête à inaugurer le Lagos Commodities and Futures Exchange (LCFE), après avoir lancé une simulation d’exercice le 15 novembre.

La bourse cotera 40 produits agricoles, dont le sésame, le sorgho, le mil et le maïs mais aussi, pays pétrolier oblige, seront échangés du pétrole et gaz ainsi que les minéraux solides et les devises.

Une bourse qui s’inscrit dans un contexte où le pays affiche, une nouvelle fois, sa volonté de diversifier son économie et encourage les investissements dans l’agriculture mais aussi au moment où le marché boursier est en baisse.

Kenya-budget

Les recettes du gouvernement kényan et les émissions du budget net au cours des quatre premiers mois de l'exercice 2019/2020 ont atteint 803,12 milliards de shillings (environ 8;03 milliards de dollars), soit 30,9% de l'objectif de l'exercice en cours.

Le budget de l'exercice en cours faisait état d'une estimation de 2.500 milliards de shillings provenant de recettes fiscales, de prêts et de dons pour financer les dépenses de l'exercice.

Toutefois, dans un avis du ministère des Finances publié dans la Gazette, le rapport sur les recettes de juillet à octobre pourrait indiquer la nécessité de maintenir les objectifs fixés au moyen d'impôts et d’emprunts pour les deux tiers restants de l’année. 

RDC-budget-contrôle

Dans un rapport sur le contrôle de l’exécution de la loi de finances 2018, la Cour des comptes constate la faiblesse de l’Etat congolais dans la réalisation des recettes. Sur les prévisions de 5,710 milliards USD, les réalisations se situent à 5,076 milliards USD soit 88,90%.

S’agissant des dépenses, la cour des comptes renseigne que sur les prévisions de 3,479 milliards USD, les dépenses courantes du budget général du pouvoir central ont été exécutées à hauteurs de 3,862 milliards USD, soit un taux d’exécution de 111,04% et un dépassement de 11%. Ces dépassements concernent les frais financiers (150%,67%), dépenses de personnel (106,42%), Biens et matériels (261,23%) et les dépenses de prestations (205,48%).

Pour la cour des comptes, ces dépassements ont atteint 42,00% des dépenses totales exécutées pendant l’exercice 2019. La plus grande partie de ces dépenses non prévues au budget sont des dépenses courantes qui ne participent pas aux efforts de développement du pays. 





Nouveau commentaire :
Twitter