MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

15 Janvier 2020 - MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 15/01/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 15 janvier :


Sénégal-Industrie

L'industrialisation, qui fait partie des priorités du Plan Sénégal émergent (PSE), demeure "une des meilleures mamelles de l'émergence" du Sénégal, a indiqué mardi, à Sindia (Mbour, Ouest), le président sénégalais Macky Sall.

"Si j’ai consacré au secteur de l’industrie autant de priorités dans le PSE, en l’inscrivant au rang des cinq initiatives présidentielles du projet +Liggeyal Euleuk+ (travailler pour demain, en wolof), c’est que l’industrialisation demeure une des meilleures mamelles de l’émergence de notre pays", a-t-il notamment dit lors de l’inauguration de la première usine de fabrication de carreaux céramiques du Sénégal, implantée dans le cadre de la coopération sino-sénégalaise.

Sénégal-Economie

Plus de 55.000 tonnes de noix d’acajou ont été exportées dans quatre pays d’Asie à partir du port de Ziguinchor (sud du Sénégal) pour une valeur commerciale de plus de 27 milliards de francs CFA en 2019 (1 euro équivaut à 656 FCFA), rapporte mardi l’agence de presse sénégalaise APS.

"La campagne d’anacarde a généré une valeur commerciale de 27 182 310 104 FCFA pour une capacité de 55 311 tonnes et 314 kilogrammes de noix d’acajou", a révélé à Ziguinchor la ministre du Commerce, Aminata Assome Diatta, citée par l’APS.

Gabon-exportations

A fin septembre 2019, les exportations gabonaises ont progressé de 7,9% pour se situer à 2377,5 milliards de Fcfa, selon les chiffres de la Direction générale des Douanes et Droits indirects.

Cette hausse s'explique par la nette amélioration des exportations pétrolières (+10,1%) malgré le repli de la valeur des exportations du secteur hors pétrole (-0,5%).

Sur les neuf premiers mois de l’année 2019, les exportations de pétrole brut ont enregistré une hausse de 10,1% à 1 906,3 milliards de FCFA. Ces ventes sont essentiellement destinées à l’Asie (notamment en Chine, en Corée du Sud et à Singapour) et à l’Europe (en Italie, en Grande Bretagne et au Pays bas en particulier).

Mali-mines

La compagnie minière Hummingbird Resources, opérant au Mali sur la mine d'or Yanfolila, prévoit de ne plus avoir de dettes d’ici la fin du premier semestre 2021, selon son bilan du dernier trimestre 2019, période durant laquelle elle a remboursé 5 millions de dollars.

La société devrait 40 millions de dollars au 31 décembre 2019. Elle disposerait d’une trésorerie de 9 millions de dollars et d’un stock d’or de 2 900 onces, soit une valeur de 5 millions de dollars selon les prix actuels.

« Nous continuons de nous concentrer sur la discipline financière pour améliorer la génération de flux de trésorerie et renforcer le bilan », a commenté le PDG, Dan Betts, précisant que la compagnie poursuivra cette stratégie en 2020 et visera au second semestre une position de trésorerie nette positive.

Ghana-Commerce

Le Ghana s'est classé dans le top dix de l’indice mondial du développement du commerce de détail (Global Retail Development Index – GRDI).

Elaboré par le cabinet américain de conseil en stratégie A.T. Kearney, le GRDI classe 30 pays émergents sélectionnés parmi 200 pays.

Le Ghana, qui se place à la quatrième place derrière la Chine, l’inde et la Malaisie, offre de grandes opportunités pour la vente au détail. Parmi ses atouts, un taux de croissance de 8,8% en 2019, des investissements étrangers et publics représentant 14,2% du PIB en 2018, un chiffre qui devrait atteindre 30,8% d'ici 2028. Mais surtout, ce sera l’urbanisation qui sera le moteur du commerce de détail moderne, qui devrait atteindre 33,16 milliards de dollars d'ici 2024.

Togo-Entreprises

Quelque 11.482 entreprises ont vu le jour au Togo au cours de l’année écoulée, soit un bond de près de 9%, porté par les personnes physiques. Elles représentent, selon les données du Centre des formalités d’entreprises (CFE), plus de 67% des nouvelles entités, soit 7 844 entreprises.

La dynamique observée en 2018 s'est donc poursuivie l’an dernier, tirée par les nouvelles réformes propices à l’environnement des affaires. Ces réformes avaient propulsé le Nouveau Feuilletpays au 15e rang sur l’indicateur « Création d’entreprises » du Doing Business 2020. Dans cette édition, le Pays effectuait une percée remarquable de 40 places après le bond de 19 places en 2018.

Nigeria-Pétrole

La société nigériane de production de pétrole et de gaz Lekoil vient d’annoncer le début d’une campagne d’exploration dans le bloc offshore OPL 310, situé dans la concession Ogo du bassin du Dahomey. Ce bassin très peu étudié est situé au sud-ouest du delta du Niger.

Cela fait suite à une autorisation délivrée récemment par le Département des ressources pétrolières. Le bloc OPL 310 qui mouille dans des profondeurs d’eau de 1 900 m, a été l’objet, en 2013 d’une découverte de vastes gisements de pétrole à travers les puits Ogo-1 et Ogo-1 ST. On y a également intercepté un potentiel intéressant de gaz naturel.

Lekoil et son partenaire Optimum Petroleum envisagent, au terme de ces activités qui s’achèveront en mars prochain, le forage de deux nouveaux puits afin d’obtenir des données de flux dynamique à partir des essais de puits.

Côte d'Ivoire-BAD-privé

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé, lundi à Abidjan, un atelier "de dissémination de sa politique sur les opérations non souveraines" en vue d'informer ses pays membres régionaux et ses partenaires sur son orientation politique en faveur du développement du secteur privé en Afrique pour la prochaine décennie.

Au nom de la BAD, son vice-président Charles Boamah a promis que l’institution est en train de redynamiser son portefeuille pour booster le développement du secteur privé.

Il a précisé que la rencontre a pour objectif, d’une part, d’approfondir la collaboration avec les partenaires au développement, les gouvernements et le secteur privé et, d’autre part, d’établir la mise en relation des experts techniques des opérations non souveraines de la Banque avec les acteurs du secteur privé afin d’établir des partenariats.

Côte d'Ivoire-économie

Le Produit intérieur brut (PIB) par habitant en Côte d'Ivoire s'est établi à 1.704 dollars US (1.005.219 Franc CFA) en 2019, apprend-on de source officielle.

"Le taux d’investissement privé, en Côte d’Ivoire, est passé de 7,5% en 2012 à 16,5% en 2019, tandis que le PIB par tête d’habitant a progressé de 1.237 dollars (729.587 FCFA) par habitant en 2012 à 1.704 dollars US (1.005.219 FCFA) en 2019, soit une hausse globale de plus de 38%", a dit le ministre ivoirien du Commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba, à l’occasion d’un atelier de dissémination de la politique sur les opérations non souveraines de la Banque africaine de développement (BAD).

L'atelier de la BAD, qui s'est tenu lundi à Abidan, vise à permettre aux acteurs économiques de découvrir la nouvelle politique de l’institution sur ses opérations non souveraines. Un accompagnement en termes de financement accordé aux pays membres régionaux par le biais d’un Guichet dédié au secteur privé

Côte d'Ivoire-aviation

Le gouvernement ivoirien a adopté un « plan d’optimisation de la compétitivité » de Air Côte d’Ivoire, la compagnie aérienne nationale, au regard des enjeux économiques régionaux, a dit mercredi son porte-parole Sidi Touré, à l’issue d’un Conseil des ministres.

« Le Conseil a adopté un plan d’optimisation de la compétitivité de Air Côte d’Ivoire au regard des enjeux économiques », a indiqué le porte-parole du gouvernement ivoirien Alassane Ouattara, au terme d’un Conseil des ministres à la présidence.

Ce plan d’optimisation de la compétitivité vise à « soutenir la rentabilité et la pérennité » de cette compagnie nationale qui contribue fortement à la dynamique de l’activité aéroportuaire locale, a fait savoir M. Sidi Touré.

Cette mesure intervient six ans après le début de ses opérations lancées en janvier 2013. La compagnie nationale est devenue aujourd’hui l’une des entreprises aéroportuaires de référence en Afrique de l’Ouest avec « une part de marché de 52% et un chiffre d’affaires annuel de 90 milliards Fcfa ».

Kenya-Banques

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a demandé à la Banque centrale de son pays de veiller à ce que les banques commerciales n'appliquent pas des taux d'intérêt « prédateurs » sur les crédits qu'elles accordent à leurs clients.

« La loi plafonnant les intérêts au Kenya, entrée en vigueur en 2016 [...] devrait faire baisser le coût du crédit et également accroître l'accès au crédit. Malheureusement, elle a eu un effet négatif sur l'économie et réduit le montant du crédit disponible », a fait savoir le président dans un discours à la nation publiée sur le site officiel de la Présidence de la République.

Dans une adresse où le maître-mot était l'économie, Uhuru Kenyata a dévoilé le plan majeur de son gouvernement pour soutenir financièrement les petites et moyennes entreprises (PME). Cette ambition se traduit par la mise en œuvre d'une initiative à laquelle ont adhéré 5 banques locales qui ont mis à disposition 100 millions de dollars pour financer les PME à un taux préférentiel de 9% par an.

Burundi-Infrastructures

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Ezéchiel Nibigira, a annoncé cette semaine que l'aéroport international de Bujumbura fera bientôt peau neuve.

« Le gouvernement du Burundi vient de bénéficier d’un financement par un don pour la construction/réhabilitation de la piste d’atterrissage et de la tour de contrôle de l’aéroport international Melchior Ndadaye », a déclaré Ezéchiel Nibigira lors d’un point de presse, cité par des médias locaux.

Baptisé aéroport international « Melchior Ndadaye » depuis le 1er juillet 2019, l’aéroport de Bujumbura est la seule plateforme internationale du pays. Dotée d'une piste de 3600m, la plateforme est desservie par une dizaine de compagnies aériennes dont Brussels Airlines, Ethiopian Airlines, Kenya Airways, RwandAir et Air Tanzania.

RDC-chimie

La compagnie AVZ Minerals, active sur le projet de lithium Manono en RD Congo, est en pourparlers avec son nouvel actionnaire chinois Yibin Tianyi pour conclure des accords de prélèvement contraignants. Yibin, qui a acquis 12 % de participation dans AVZ suite à un investissement de 14,1 millions de dollars australiens, veut s’approvisionner en lithium pour alimenter une usine de produits chimiques qu’elle construit actuellement en Chine.

Selon le DG d’AVZ Nigel Ferguson qui a visité l’usine, dont l’entrée en service est prévue pour juin, l’intention de Yibin de devenir l’un des plus grands fournisseurs de produits chimiques à base de lithium au monde, complète bien la vision de sa compagnie. Cette dernière veut développer le plus grand gisement de lithium de roche dure au monde, celui de Manono, en RDC.

Le projet de lithium Manono couvre 188 km2 dans le sud de la RDC et est détenu à 60 % par AVZ Minerals. La compagnie veut porter ses intérêts dans l’actif à 65 %. 





              


Newsletter
Rss
Mobile