MAfrique : Bulletin de Veille Maroco-africaine
Bulletin Maroc Afrique

10 Janvier 2020 - MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 10/01/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 10 janvier :


Sénégal-Consommation

Les prix à la consommation au Sénégal ont enregistré une baisse de 0, 7 % en décembre en comparaison de leur niveau du mois précédent, a-t-on appris de l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Cette évolution de l’indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) est en lien avec la diminution de 1, 5 % des coûts des produits alimentaires et boissons non alcoolisées, de 0, 6 % de ceux des services de santé, indique la structure dans sa note d’évolution de l’IHPC.

Sénégal-Economie-Agriculture

Le gouvernement sénégalais a signé avec la Banque africaine de développement (BAD) un accord de prêt d’un montant de 28,2 milliards de francs CFA, soit plus de 33,8 millions euros, en vue du financement du Projet de zone de transformation agro-industrielle du Sud, rapporte jeudi l’agence de presse sénégalaise APS.

L’accord en vertu duquel le Sénégal bénéficie de ce prêt a été signé par son ministre chargé de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, et le directeur général adjoint de la BAD pour l’Afrique de l’Ouest, Serge N’Guessan.

Côte d'Ivoire-budget

Le besoin de financement du budget de l'Etat de Côte d’Ivoire pour 2020 s’établit à 1494,4 milliards FCFA, en hausse de 174 milliards FCFA par rapport à 2019, a indiqué mardi à Abidjan le directeur de la dette publique et des dons, Jules Coulibaly, à l’occasion d’une cérémonie de première cotation des emprunts obligataires TPCI 5,755 2019-2026 (O.35 et O.36) dans les locaux de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM).

« Le besoin de financement du budget de l’Etat de Côte d’Ivoire pour 2020 est de 1 494,4 milliards Fcfa, en hausse de 174 milliards Fcfa par rapport à 2019 », a déclaré M. Coulibaly, soulignant que le calendrier des émissions, déjà finalisé, devrait être mis à la disposition du marché dans les jours à venir.

L’Etat ivoirien a réalisé en 2019 un total de 19 opérations de levées de fonds de façon générale sur le marché régional avec en particulier sept opérations d’appel public à l’épargne.

Côte d'Ivoire-fisc

L'Impôt minimum forfaitaire (IMF), une taxe fiscale en Côte d'Ivoire, est suspendu à titre «transitoire», en entendant les «commentaires» du champ d’application, selon l'annexe fiscale 2020 présentée mardi au siège du Patronat ivoirien, à Abidjan.

L’IMF, fortement contesté par les entreprises locales qui trouvent cet impôt « anti économique », devrait être « payé lorsqu’on a un résultat insuffisant » ou négatif, a fait savoir Annick Kopoin, experte en fiscalité au cabinet Mondon Conseil international.

Mme Annick Kopoin s’exprimait sur l’implication de cette disposition fiscale, lors d’une présentation de l’annexe fiscale portant budget de l’Etat pour l’exercice 2020, au siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci, Patronat). 

M. Elvis Béné Kobenan, chef du service des Réformes fiscales à la Direction générale des impôts, a indiqué que pour cette mesure « transitoire il y a des études qui sont en cours pour voir l’orientation qu'on va donner à cet impôt s’il faut le supprimer » ou non.

Kenya: Le gouvernement irlandais a signé un accord d'investissement de 112,3 millions de shillings (1,1 million $) avec l’Organisation kényane de recherche sur l’agriculture et l’élevage (KALRO) afin de faire profiter aux producteurs locaux, l’expertise du pays dans le domaine laitier, rapporte Business daily africa.

D’après Heather Humphreys, ministre irlandaise de l’Économie, des Entreprises et de l’Innovation, cette entente permettra concrètement aux fermiers de bénéficier d’un transfert de technologies sur le plan de la reproduction, de la production de fourrage et de la transformation du lait. 

Pour le Kenya, le coup de pouce de l’Irlande pourrait notamment aider à lever certaines contraintes auxquelles est confrontée la production laitière comme la mauvaise qualité des races, la faiblesse de la valeur ajoutée et le prix élevé des aliments pour animaux. 

Il faut noter que ce nouveau partenariat devrait également renforcer les relations qu’entretiennent les deux nations sur le plan agricole. L’Irlande soutient en particulier la culture de la pomme de terre dans le comté de Nyandarua en fournissant des semences à haut rendement aux producteurs.

Rwanda-exportations 

Entre juillet et novembre 2019, les exportations rwandaises de légumes ont enregistré une hausse spectaculaire de 47% en valeur par rapport à la même période un an auparavant, générant plus de 7,5 millions de dollars, a annoncé jeudi l'Office national de développement des exportations agricoles (NAEB).

«Le Rwanda a exporté quelque 1.1292 tonnes de légumes entre juillet et novembre, contre seulement 8.387 tonnes au cours de la même période en 2018 », précise un rapport de NAEB.

Selon l'Office, cette croissance remarquable est attribuée aux diverses stratégies lancées par le gouvernement pour faciliter le passage d'une agriculture de subsistance à une agriculture de marché.

RDC: 

En RD Congo, le compte général du Trésor enregistre 4,117 milliards USD de recettes, soit un taux de mobilisation de 71,6%, contre des dépenses de l’ordre 4,449 milliards USD, soit un taux d’exécution de 77,3%, dégageant un solde déficitaire de 331 millions USD, au 20 décembre 2019, renseigne le Condensé d’informations statistiques de la Banque centrale du Congo.

Du côté recettes, la Direction générale des impôts (DGI) a collecté plus de fonds que les deux autres régies financières, soit 2,142 milliards USD dans son compte général. Quant à la Direction Générale des Douanes et Accises, elle a collecté 1,170 milliard USD, soit 73,8% de taux de réalisation à la même échéance.

La Direction générale des recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participations (DGRAD) a mobilisé 640,797 millions USD auprès de ses assujettis en général, soit 88,6%, et 86,309 millions USD chez les pétroliers producteurs, soit un taux de réalisation de 53,7%.

Au niveau des dépenses, les rémunérations constituent le plus important post avec 2,194 milliards USD, soit un taux d’exécution de 99,5%.

FMI-CEMAC-croissance

La situation économique et financière de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) s’est améliorée, mais elle demeure fragilem selon Fonds monétaire international (FMI) qui note l’activité économique reste bien en deçà de son niveau d’avant la crise.

La croissance régionale globale a été légèrement supérieure, à 2,5 %en 2018 , portée par une accélération dans le secteur pétrolier, explique l'institution financière, relevant qu'en 2019, la croissance régionale globale resterait au même niveau : une légère accélération de la croissance hors secteur pétrolier compenserait un ralentissement de la croissance de la production pétrolière.
 





              


Twitter
Facebook
Newsletter
Rss