MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Lundi 2 Décembre 2019 - Par MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 02/12/2019


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 02 décembre:


Rwanda-économie-impôts 

Les recettes provenant des impôts devront représenter 20,4% du produit intérieur brut (PIB) du Rwanda d'ici 2024, conformément aux objectifs de la Stratégie nationale de transformation, a annoncé ce weekend le premier ministre rwandais, Edouard Ngirente. Au titre de l'exercice 2018-2019, les impôts ont représenté environ 16,3% du PIB, contre 11,3% dix ans auparavant, a précisé le responsable qui s'exprimait lors d’une conférence à Kigali, indiquant que l'Office rwandais des recettes fiscales a dépassé l'objectif fixé en termes de recouvrement des impôts pour l'exercice en cours.

Selon le premier ministre, les impôts collectés contribueront à promouvoir les produits locaux et le développement des exportations et de renforcer l'autonomie économique du pays.

Togo:

Le Togo dégage un potentiel en couverture de système solaire photovoltaïque autonome qui s'évalue à 500 000 ménages, déclare Nouhou Amadou Seini, coordonnateur Zone 3 du Projet Régional d’Electrification Hors Réseau (ROGEP). 

Le coordonnateur a fait cette révélation en marge de l’ouverture d’une rencontre qui se tient ce 31 octobre à Lomé, et a pour objet : la restitution et la validation de l’étude sur l’évaluation du marché solaire photovoltaïque hors réseau au Togo.

En effet, dans le cadre de ce projet, une étude de marché du potentiel du système Off-Grid a été commanditée. Le rapport du Togo étant prêt, nous souhaitons qu’il y ait des observations de tout le monde et que nous le validions pour avoir une idée précise de tout ce qu’il ya comme potentialité en matière de l’Off-Grid ici, indique M.Seini.

Kenya: Le Kenya continue de s'affirmer en tant que champion mondial de la destination safari après avoir remporté la prestigieuse destination de safari au monde en 2019 par les World Travel Awards (WTA).

Le Kenya a remporté le prix de Mahali Mzuri, l'une des principales destinations de Safari Lodge au monde. Dans la catégorie Afrique, le Kenya a remporté le prix de la première destination en Afrique et la première société de gestion de destinations, tandis que Nairobi a été élue première destination de voyages d'affaires en Afrique.

La directrice de KTB, Betty Radier, s'est dite ravie de cette victoire qui "témoigne d'un grand honneur pour l'offre de safari au Kenya, qui est appréciée dans le monde entier".

Elle a ajouté que la préférence accrue des visiteurs dans le pays prouve que l’industrie des voyages et de l’hôtellerie au Kenya est définitivement sur la bonne voie.

«Nous ne reculerons pas nos efforts pour créer des expériences magiques pour nos visiteurs. En effet, je peux assurer à chacun qu'il y en a pour tous les touristes en visite au Kenya », a déclaré Radier.

Les données de l'Institut de recherche sur le tourisme indiquent qu'entre janvier et septembre, le nombre de visiteurs internationaux a atteint 1.515.433, en hausse de 251 touristes par rapport à la même période de l'année dernière. D'autre part, les recettes touristiques ont atteint 115,1 milliards de shillings (environ 1,15 milliards de dollars), comparativement à 114,4 milliards de shillings au cours de la même période l'an dernier.

Sénégal-Afrique-Pêche

Les directives volontaires pour une pêche durable constituent un ''outil extrêmement pertinent" pour régler les problèmes de la pêche artisanale, a déclaré samedi Gaoussou Guèye, président de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA).

Ces directives visent à "assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté". Elles ont "été adoptées par l’ensemble des pays membres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)", a-t-il rappelé.

Il intervenait lors d’une rencontre avec la presse au terme des activités marquant la célébration de la journée mondiale de la pêche à Mbour.

RDC:

Le ministre congolais de l'Industrie, Julien Paluku, tient à l'opérationnalisation des zones économiques spéciales de la RDC. C'est ce qui ressort de sa réunion vendredi avec le directeur régional de l'Afrique de l'ouest et Centre de la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, Aliou Maiga.

"Le ministre nous a présenté ses plans, ses ambitions pour le pays. Nous allons le prendre en compte pour revenir vers lui avec des propositions pour qu'on puisse travailler ensemble. L'idée a du mérite, nous allons travailler aussi avec la Banque mondiale pour qu'ensemble, on trouve des solutions qui allient des capacités et les ressources du public, notamment au niveau des infrastructures, qu'on puisse ensemble attirer des investisseurs et puis réaliser les projets du ministre", indiqué Aliou Maiga à l’issue de la réunion. 

Les diverses zones économiques concernées sont celle de Kinshasa-Inga- Matadi-Banana avec pour activités Hydroélectricité, exploitation pétrolière et de bauxite, industries manufacturières autour des ports maritimes de Matadi, Boma et Banana. 

La deuxième zone est celle d’Ilebo-Tshikapa- Kananga-Mbuji Mayi avec comme activités "Logistique de transport et industries agro- alimentaires". La troisième est celle de Kolwezi-Likasi- Lubumbashi-Sakania avec comme activités "Industries lourdes et manufacturières axées sur le cuivre, le cobalt et autres", alors que la quatrième zone est celle d’Uvira-Bukavu- Goma-Beni-Bunia avec comme activités "Industries manufacturières et agroalimentaires”.

BEAC-FMI-assistance

Le Centre régional d'assistance technique du Fonds monétaire international (Afritac Centre) va entamer, du 2 au 6 décembre à Yaoundé au Cameroun, une mission à la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).

Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’exécution de son programme d’activités conclut avec les services de la Beac. Elle se résume en une assistance technique dans le domaine du développement du marché des capitaux, indique l’Afritac.





Nouveau commentaire :
Twitter