MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Samedi 1 Février 2020 - Par MAP

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 01/02/2020



Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du samedi 1er février :


Gabon-FAO-coopération

Le Fonds mondial pour l'agriculture (FAO) et le Gabon viennent de signer un projet de coopération technique d'un montant de 162.000 USD portant sur le développement de l’aviculture familiale dans le pays.

L’objectif est d’augmenter la production et les revenus des petits producteurs éleveurs de volailles.

Ce programme commun avec la FAO s’inscrit dans une stratégie plus large du Gabon qui vise à réduire son indépendance alimentaire, diminuer sa facture des importations, mais également développer l’emploi en particulier hors des grands centres urbains.

Tanzanie-Energie

PanAfrican Energy Tanzania (PAET), le producteur public de gaz naturel, est sur le point de débloquer une enveloppe de 80 millions de dollars US qui servira à soutenir la production de gaz naturel, dont la demande ne cesse d'augmenter en Tanzanie, a annoncé le producteur tanzanien.

« Les fonds seront dépensés dans la compression, le reconditionnement des puits de gaz naturel et le dégoulottage jusqu’en octobre 2026 », a indiqué PAET dans un communiqué relayé par des médias.

Actuellement, le producteur public d’électricité exprime un plus grand besoin en gaz naturel pour ses activités tout comme le secteur industriel.

Kenya-électricité

Le Kenya ambitionne d'importer cette année 200 MW d’électricité en provenance d’Éthiopie, une solution qui a pour objectif d’obtenir une baisse du coût de l’énergie en réduisant son exposition aux centrales thermiques, rapporte l'agence Ecofin.

Les deux pays ont un accord d’échange de 400 MW qui jusqu’ici n’a pas été mis en œuvre, faute d’infrastructure d’interconnexion commune. Un problème désormais résolu puisque le Kenya après plusieurs années de retard finalise sa partie de l’interconnexion de 1 125 km qui relie les deux pays.

Dans l’accord, chaque partie a convenu de construire sa part des lignes électriques dont 606 km parcourent le Kenya. Avec l’achèvement des travaux au Kenya, la ligne de 500 kV qui s’étend entre Wolayta Sodo en Éthiopie et Suswa au Kenya entrera en service.

RDC-Egypte-infrastructures

En République démocratique du Congo (RDC), le Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI) et la société égyptienne Hassan Allam Construction ont signé deux protocoles d’entente pour faciliter la réalisation des projets d’infrastructures portuaires et électriques.

Le 1er protocole d’entente concerne l’exécution du projet de construction du port de Ndomba dans la province du Kasaï-Oriental ainsi que des infrastructures associées. Le second concerne l’étude, l’approvisionnement, la construction et le financement pour l’érection d’une centrale photovoltaïque, une centrale solaire dans le Kasaï-Oriental.

La société égyptienne Hassan Allam Construction déclare disposer des moyens nécessaires à l’effet de mobiliser les compétences techniques nécessaires à la réalisation de ces 2 projets confiés par le FPI. 

Ghana-Or

La mine d'or d’Obuasi, contrôlée par AngloGold Ashanti, a repris ses activités après six années d’arrêt suite aux travaux d’entretien, après plus de 100 ans d’exploitation dans le pays.

A cette occasion, le président ghanéen, Nana Akufo Addo, a noté qu’il s’attendait à un redressement économique au sein de la municipalité d’Obusai et d’autres communautés d’accueil dans lesquelles opère Anglgold Ashanti.

La fermeture de la mine a eu des effets négatifs sur l’économie de la région et la création de l’emploi, a souligné le président.

Nigeria-Agriculture

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a annoncé un déficit d’approvisionnement en tomates de 2,5 milliards de dollars, appelant les investisseurs à entrer dans la chaîne de valeur de la tomate.

La production de tomates du Nigeria atteint 1,701 millions de tonnes chaque année, alors que la consommation annuelle du pays est estimée à 2,93 millions de tommes. Le Nigéria atteint donc un déficit d’approvisionnement de 1,2 million de tonnes chaque année qui se chiffre à 2,5 millions de dollars par an.

La Banque centrale du Nigéria a interdit l’importation de 41 articles dans le pays afin de stimuler la production locale, une mesure qui a permis la création de Champion des produits de base qui ont grandement stimulés la production de tomates et ont aidé au renforcement des liens de bout en bout dans la chaîne de valeur, de l’approvisionnement en intrant au consommateur.




Nouveau commentaire :
Twitter