MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Vendredi 29 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin économique du Maghreb du 29/11/2019


Tunis - La Banque africaine de développement vient de lancer à Tunis le programme "Investia Enterprise", afin de renforcer la dynamique d'inclusion financière en faveur des petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes.


Cette opération est le fruit d’un partenariat entre le Royaume-Uni et le ministère tunisien des Finances, mobilisant, autour de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis, l’ensemble des acteurs de l’écosystème financier du pays.

L’objectif de ce programme pilote est de faciliter l’accès aux financements non bancaires à plus de 120 PME.

Cette opération sera mise en œuvre en deux phases : Après une présélection, "Investia Enterprise" accompagnera les opérateurs sélectionnés dans l’élaboration de leurs plans d’affaires en vue de lever des fonds auprès des marchés de capitaux.

"Je suis convaincu qu’il faut poursuivre le soutien à la Bourse des valeurs mobilières de Tunis afin qu’elle soit en mesure d’offrir davantage de solutions de financement innovantes à la grande diversité des opérateurs économiques tunisiens", a déclaré le chef du gouvernement tunisien chargé d'expédier les affaires courantes, , Youssef Chahed.

"A travers Investia Entreprise, nous renouvelons notre engagement à soutenir le développement des PME. Aux côtés du gouvernement tunisien, nous sommes déterminés à lever toutes les contraintes qui affectent le potentiel de développement et de croissance du secteur privé du pays", a confirmé Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord. 

"Ce lancement célèbre la réussite d’une coopération tripartite au bénéfice du secteur privé tunisien. Nous sommes fiers de notre partenariat avec la Banque africaine de développement dans un domaine si stratégique pour le développement du pays", s’est réjouie pour sa part l’ambassadrice de Grande-Bretagne en Tunisie, Louise De Sousa.

En facilitant l’accès au financement des PME, qui constituent, à elles seules, 97% du tissu économique tunisien, la Banque favorise une nouvelle dynamique créatrice d’emplois pour les jeunes et les femmes dans le pays.

L’institution consolide ainsi son appui à la Tunisie dans ce domaine avec le lancement, en 2019, de trois nouvelles opérations améliorant les conditions de financement des opérateurs économiques pour un montant total de 270 millions d’euros.

-. "Une enveloppe de 700 millions de dinars (1 euro =3,14 dinars) sera à la disposition du prochain gouvernement", selon le ministre tunisien des Finances, Ridha Chalghoum qui s'exprimait lors des travaux de la commission provisoire des finances qui ont estimé que le projet de loi de finances de 2019 (PLF 2019) était conçu pour reporter les problèmes économiques.

Auditionné par cette commission au sujet du projet de loi de finances complémentaire (PLFC) de 2019 et du budget de l'Etat de 2020, le ministre a fait savoir que le faible taux de croissance (1,4% dans le cadre du PLFC contre 3,1% prévu par le projet de Loi de Finances), est dû à la régression des exportations des industries manufacturières, mécaniques, électriques et textiles et ce, malgré le redressement du tourisme et l'augmentation de la production céréalière.

Pour le ministre, ce taux de croissance s'explique, également, par la non-réalisation des objectifs du secteur des hydrocarbures. Il a précisé que la production nationale est passée de 48 mille à 38 mille barils/ jour. Cette baisse, a-t-il dit, est due au retard pris par l'entrée en exploitation du champs Nawara.

S’agissant des objectifs fixés pour l’année 2020, Chalghoum a avancé qu’ils consistent à limiter le déficit budgétaire à 3% et augmenter les ressources de l'Etat de 9%. L’enveloppe consacrée à l'investissement passera de 6.250 MD, en 2019 à 6.900 MD en 2020, a indiqué le ministre, ajoutant que le taux d’endettement enregistra, en 2020, une baisse de plus de deux points grâce aux ressources propres et à la maîtrise du taux de change du dinar.

Il a noté que le taux de change du dinar s’est apprécié en raison des avoirs en devises, estimés actuellement à 106 jours d’importation par rapport à l’année écoulée, mettant l'accent sur la nécessité de reprendre la production et la croissance économique.

Il a, par ailleurs, révélé que la valeur du compte courant du trésor auprès de la Banque centrale de Tunisie (BCT) s’élève, actuellement, à 1300,9 MD, estimant qu’il n’y a pas des problèmes relatifs à la trésorerie.

Nouakchott -. Des pas importants ont été franchis au niveau de l’accord de partenariat avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a déclaré le ministre mauritanien du Commerce et du Tourisme, Sid’Ahmed Ould Mohamed.

Cet accord permettra à la Mauritanie de s’ouvrir à un marché de 360 millions de personnes, a ajouté le ministre lors d’un point de presse à Nouakchott. Cela est de nature à promouvoir l’investissement et l’industrie dans le pays, a-t-il expliqué, rappelant qu’une rencontre préparatoire a été récemment organisé en présence de tous les secteurs concernés par le libre-échange au niveau du continent.

Cette rencontre vise à sensibiliser sur les éventuels risques potentiels liés à l’adhésion de la Mauritanie à la CEDEAO et à l’organisation de libre-échange continentale africaine, relève-t-il.





Nouveau commentaire :
Twitter