MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Jeudi 28 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin économique du Maghreb du 28/11/2019


​Tunis - La production industrielle en Tunisie a enregistré une baisse de 3,6%, au cours du troisième trimestre de l'année 2019, par rapport à la même période de l’année 2018.


Cette régression est expliquée par la baisse de la production dans les secteurs de l’énergie (-6,8%), des industries mécaniques et électriques (-2,1%), du textile habillement et cuirs (-2,9%), des matériaux de construction céramique et verre (-0,4%).

La baisse a concerné aussi, les secteurs du raffinage du pétrole (-72,8%) et du travail du bois (-3,9%).

Par ailleurs, la production industrielle a enregistré une augmentation dans les secteurs des industries agroalimentaires (+2,1%), chimique (+5 %) et de production et distribution d’électricité et d'eau (+7,1%).

-. Les recettes touristiques tunisiennes ont dépassé les 5 milliards de dinars (1 euro =3,12 dinars), ce qui correspond à une augmentation de 38,3%, à la date du 20 novembre, par rapport à l’année écoulée, selon le ministère du Tourisme.

En devises étrangères, l’évolution des recettes est estimée à 29,6%, en euros et à 22,3% en dollars.

Le département du tourisme a fait savoir que 8,3 millions de touristes ont visité la Tunisie depuis le début de l’année jusqu’au 20 novembre courant, soit une hausse de 14%, par rapport à l’année dernière.

Quelque 4,1 millions de touristes sont des maghrébins avec une hausse de 16,4%, par rapport à novembre 2018, alors que les Européens représentent environ le tiers (2,6 millions de visiteurs), avec une hausse de 16,2%.

Le nombre de nuitées touristiques enregistrées durant cette période est de l’ordre de 27,8 millions, soit une augmentation de 11,8%, par rapport à 2018.

Nouakchott -. La propriété industrielle constitue un outil d’encouragement à la créativité et à l’innovation, d’où la nécessité de son introduction dans les programmes scolaires au sein des universités, a indiqué le Secrétaire général du ministère mauritanien de l’Economie et de l’Industrie, Mohamed Ould Ahmed Aida.

S’exprimant lors d’une rencontre à Nouakchott sur la formation dans le domaine de la propriété industrielle, M. Ahmed Aida a affirmé que la propriété industrielle constitue un levier pour le développement économique, en particulier dans un contexte marqué par la croissance de l’essor technologique.

Du coup, la propriété intellectuelle est devenue indispensable en tant qu’instrument d’adaptation du savoir-faire et des aptitudes aux fondamentaux de commerce, exploitables et compétitifs, a-t-il souligné.

Le responsable a de même indiqué que le secteur concerné, en coopération avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), a créé des centres de soutien à l’innovation et aux technologies d’invention, une base de données gratuite contenant des millions d’informations techniques sur les brevets.

Nouakchott -. Le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Abdel Aziz Ould Dahi, a fait savoir que la Mauritanie ne va pas entrer dans la «zone Eco» mais s’inscrit plutôt dans la perspective de la monnaie unique de l’Union africaine.

Dans un entretien exclusif avec Financial Afrik, le gouverneur a également évoqué d’autres sujets relatifs aux Fintech et à la monnaie nationale mauritanienne «Ouguiya».

«En ce moment, nous sommes sur le point de mettre à jour toute la réglementation relative à la finance digitale, d’adopter un cadre national et de lancer un grand projet de portail de paiement digital», a-t-il dit.

Il a indiqué que cette initiative permettra à terme l’interopérabilité de toutes les solutions digitales présentes sur le marché, notamment celles relative au mobile banking, au paiement et aux applications de la finance digitale en général.

D’autres initiatives émergeront bientôt mais viendront, cette fois-ci, des acteurs privés, financiers ou non financiers, à l’instar des startup à forte connotation technologique qui affichent des perspectives prometteuses, relève le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie.





Nouveau commentaire :
Twitter