MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Mardi 26 Novembre 2019 - Par MAP

Bulletin économique du Maghreb du 26/11/2019


Tunis - Les avoirs nets en devises en Tunisie ont atteint, la semaine dernière, environ 18,9 milliards de dinars (1 euro = 3,14 dinars), soit l'équivalent de 106 jours d’importation, contre 77 jours en 2018, selon la Banque Centrale de Tunisie (BCT).


En fait, les recettes touristiques ont évolué de 38%, entre 2018 et 2019, pour atteindre, à la date du 10 novembre courant, 5 milliards de dinars, contre 3,5 milliards de dinars en novembre écoulé.

De même, les revenus du travail cumulés ont augmenté de 16,8%, durant la même période, pour se situer au niveau de 3,6 milliards de dinars.

Cette hausse des avoirs en devises est expliquée également, en partie, par le versement dernièrement par l’Union Européenne d’un prêt de 150 millions d’euros (environ 472 millions de dinars) à la Tunisie, au titre du programme de l’assistance macro-financière.

Sur un autre registre, la BCT a fait état de la multiplication du total des transactions interbancaires, passant de 760 millions de dinars (MD) à 1660 MD, entre novembre 2018 et 2019, contre une importante baisse du volume global de refinancement de 16,3 milliards de dinars, à 11,7 milliards de dinars.

Pour ce qui est des billets et monnaies en circulation, ils ont augmenté en une année passant de 12 milliards de dinars, à 13 milliards de dinars.

Quant au taux du marché monétaire (TMM), il s’est stabilisé, à la date du 21 novembre, au niveau de 7,80%.

-. La production nationale des céréales en Tunisie ne couvrira que 50% des besoins du pays, alors que les semences sélectionnées représentent 20% seulement de la production, selon le ministre tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taeib.

Ainsi, la production reste en deçà des prévisions, en dépit des mesures prises, a-t-il dit, au cours d’un atelier sur la filière nationale des semences des grandes cultures, appelant à une meilleure collaboration entre la recherche, la vulgarisation, le développement et la profession afin de booster le secteur.

Il s'agit notamment de soutenir les programmes de recherche sur l’amélioration génétique pour identifier de nouvelles variétés adaptées aux changements climatiques et à forte rentabilité.

Le ministre a recommandé la mise en place d’un programme qui permet de faire connaitre les nouvelles semences tout en développant la chaîne de valeur des semences sélectionnées particulièrement au niveau de la multiplication et de la commercialisation afin de garantir la durabilité.

Les grandes cultures constituent un secteur stratégique pour l’économie et un des fondements de la sécurité alimentaire en Tunisie. Elles occupent le tiers des superficies agricoles (1,5 Millions hectares) et offre 2,5 millions jours de travail.

Le secteur contribue à hauteur de 13% au produit intérieur agricole brut.

Nouakchott-. La société ARAIZ Mauritanie a assuré, lundi, que les travaux entrepris pour l’extension du port autonome de Nouakchott avec un investissement de 390 millions de dollars avancent normalement et devraient s’achever en décembre 2020.

Cette société avait signé avec le gouvernement mauritanien, en septembre 2018, un accord de partenariat entre les deux secteurs publics et privés pour la construction et la gestion d’un terminal de conteneurs et d’hydrocarbures au port autonome de Nouakchott dit port de l’amitié.

Selon des sources proches de la société, le projet prévoit la construction d’un terminal de conteneurs d’une profondeur de 16 mètres, soit quatre mètres de plus que la profondeur des eaux à Nouakchott, ce qui devra permettre au port d’accueillir des supers cargos.

Les travaux ont commencé en mars dernier et doivent se dérouler en deux étapes, indique-t-on de même source, précisant que la première prévoit un approfondissement des eaux et l’enlèvement de plus de 5,2 millions de mètres cubes de matériaux solides extraits des profondeurs de l’océan, afin de mettre en place un canal long de 8 kilomètres réservé à l’accostage des gros navires.

Cette première étape prévoit également la construction d’une jetée longue de 570 mètres et large de 46 mètres en plus d’un terre-plein pour les conteneurs d’une superficie de 20 hectares pouvant accueillir tout type de conteneurs.

La seconde étape prévoit l’extension du terminal afin qu’il puisse accueillir des navires d’une capacité de 80.000 tonnes, selon la société qui révèle que cette extension sera opérationnelle dès la première moitié de 2021 et que la gestion de ce terminal de conteneurs et d’hydrocarbures sera confiée à la société en charge de la réalisation de ce projet.





Nouveau commentaire :
Twitter