MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Vendredi 7 Février 2020 - Par MAP

Bulletin écologique du Maghreb du 07/02/2020



Tunis -. La Direction Générale des Forêts en Tunisie se penche actuellement, en collaboration avec le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), sur la mise en place d'une plateforme d'information sur les zones humides dans le pays.


"Cette plateforme a pour objectif d'aider les citoyens et les organisations de la société civile à signaler les infractions environnementales, à l'instar des déversements des produits polluants ou eaux usées dans ces zones", a indiqué Faouzi Maamouri, directeur du WWF bureau Afrique du Nord à Tunis, en marge d'une rencontre organisée, jeudi à Ghar El Melh, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale des zones humides.

S'exprimant lors de cette rencontre, le directeur général des Forêts, Mohamed Boufaroua a indiqué que les zones humides (marais, lacs, chotts, oueds...) qui couvrent plus de 8% de la superficie du pays souffrent d'une mauvaise perception des citoyens qui les considèrent comme "des terres marginales et des sources de nuisances".

Ces zones, a-t-il dit, qui abritent plus de 500 espèces végétales et aquatiques et pas moins de 276 espèces d'oiseaux, dont la plupart sont des oiseaux migrateurs provenant d'Asie et d'Europe, sont en déclin aujourd'hui en raison de la pollution, l'urbanisation, la pression anthropique couplée aux impacts liés aux changements climatiques.

D'après lui, la Tunisie compte aujourd'hui, 211 zones humides naturelles dont 41 sont classées comme site Ramsar, mettant l'accent sur la nécessité de les préserver, étant donné la multitude de services éco-systémiques qu'elles procurent à l'ensemble des espèces vivantes, allant de l'apport de l'eau douce, la recharge des nappes souterraines et l'atténuation des impacts du changement climatique.

La Tunisie est membre, depuis 1981, de la convention Ramsar, un traité international visant la conservation et l'utilisation durable des zones humides. En 2018, Ghar El Melh a été la première ville en Afrique du Nord et dans le monde arabe, à obtenir le label Ramsar.

Les zones humides couvrent aujourd'hui 6% des terres émergées de la planète, selon le Fonds Mondial pour la Nature. Ces zones restent des espaces à forts enjeux économiques et sociaux et sont considérées comme le berceau de la diversité biologique. Elles servent d'habitat à une très grande variété d'espèces animales et végétales et abritent environ 40% de l'ensemble des espèces du monde.

La Journée Mondiale des Zones Humides est célébrée, le 2 février de chaque année, pour commémorer la signature de la convention de Ramsar. Elle a été placée cette année sous le thème de la "biodiversité". 

-. Le programme régional de Dialogue méditerranéen pour les droits et l'égalité, financé par l'Union Européenne, a organisé, du 28 au 31 janvier, un camp de formation à Tunis sur "les défis écologiques en Méditerranée et le rôle de la société civile" à l’attention d’une trentaine de jeunes leaders de la société civile de dix pays arabes (Maroc, Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Mauritanie, Palestine, Tunisie et Syrie). 

L’événement visait à faciliter le développement de réseaux régionaux, le renforcement mutuel des compétences, la promotion du plaidoyer, la création de canaux de coopération et le développement d'actions locales dans un cadre commun au-delà des frontières nationales, autour des principes de l'écologie et des défis environnementaux que rencontrent aujourd’hui, les pays de la région.

Pendant cette formation, les participants ont été appelés à concevoir une action régionale commune, qui devra être simultanément, mise en œuvre dans les différents pays, à travers des initiatives et des campagnes de plaidoyer, avec le soutien et l’accompagnement du Med Dialogue for Rights and Equality.




Nouveau commentaire :
Twitter