MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Jeudi 5 Décembre 2019 - Par MAP

Bulletin écologique du Maghreb du 05/12/2019


​Tunis - L'Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP) vient de lancer un projet de formation de 150 agriculteurs dans plusieurs gouvernorats pour une gestion durable des ressources en eau et l'identification de nouveaux mécanismes pour la mise en place des cultures irriguées économes en eau.


Financé par la Coopération Allemande au Développement (GIZ), ce projet d’une année concernera les gouvernorats de Sidi Bouzid, Kairouan, Nabeul, Monastir, Siliana et Béja, a déclaré Hammadi Boubakri, membre du bureau exécutif de l’UTAP chargé des ressources naturelles et du développement durable.

Il a expliqué qu’il s’agit de la mise en place d’un plan d’accompagnement et de formation des agriculteurs pour la préservation des ressources naturelles, principalement les ressources en eau, à travers la formations "d’’agriculteurs vulgarisateurs modèles" répartis sur les 6 gouvernorats pilotes.

Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts de lutte contre les changements climatiques et la rareté des ressources en eau en Tunisie, pays confronté à un cycle fait de 3 ans de sécheresse, suivis de 2 ans marqués par des précipitations moyennes puis de 2 saisons pluvieuses, et ce, tout au long de la période allant de 1982 à 2018, selon une étude du ministère tunisien de l’Agriculture.

-. Le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES) vient de lancer un appel d’urgence environnementale tout en appelant le prochain gouvernement à assumer toutes ses responsabilités en apportant des solutions à la crise de l’environnement, afin de garantir la sécurité nationale et respecter les droits constitutionnels et de l’homme (eau et santé).

Lors d’une conférence de presse tenue à Tunis, le Forum a appelé les différentes parties concernées par les questions environnementales à élaborer des politiques environnementales efficaces, à identifier des solutions radicales pour économiser l'eau dans les différentes régions et appliquer la loi sur le droit à un environnement sain et le droit à l'eau.

Le coordinateur de la cellule de la justice environnementale et climatique du FTDES, Marco Jonville, a souligné que la lutte pour une justice environnementale et la défense du droit des citoyens et des générations futures à un environnement sain sont aujourd’hui les principales demandes en Tunisie.

La propagation de la pollution de l’environnement dans les différents gouvernorats, en particulier ceux côtiers, constitue une menace pour le développement, a-t-il mis en garde.

Nouakchott -. Les pays du continent africain doivent nécessairement définir des choix appropriés et mettre en place des politiques qui permettent de gagner le pari de l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques, a déclaré le ministre mauritanien du Développement rural, Dy Ould Zeine.

S’exprimant lors d’une conférence sur l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, le ministre a indiqué que les changements climatiques et les déséquilibres qui en découlent au niveau des systèmes écologiques, en plus de l’augmentation croissante de la population et la pression constante sur les ressources et les produits agricoles constituent des facteurs qui militent en faveur de ce choix.

Ces objectifs ne peuvent être atteints qu’à travers la conjugaison des efforts de tous, la coopération et la solidarité afin de gagner le pari de la présente étape, dit-il.

Et d’ajouter que la Mauritanie accorde une importance particulière à tout ce qui est de nature à renforcer la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté et la prévention des crises alimentaires en assurant une exploitation des ressources naturelles comme l’eau, la terre tout en préservant l’environnement et en s'adaptant aux changements climatiques. 





Nouveau commentaire :
Twitter