MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
MAfrique
Le Samedi 11 Janvier 2020 - Par MAP

Bulletin de l'écologie de l'Afrique du 11/01/2020


​Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du samedi 11 janvier:


Sénégal : 

Le chef de l'Etat sénégalais a rappelé en début de semaine le rôle des citoyens dans l’avènement d’un « Sénégal zéro déchet », saluant la forte mobilisation des Sénégalais à la première Journée nationale de nettoiement.

« L’avènement de ce Sénégal zéro déchet dépendra de la volonté des citoyens. L’Etat sera à leur côté pour mettre les dispositifs qu’il faut, les moyens et la règlementation pour accompagner ce vaste programme », a déclaré Macky Sall.

Le président Sall s’exprimait à la fin de la première cérémonie de l’année de levée des couleurs mensuelle à l’esplanade du Palais de la République, en présence des membres du gouvernement.

Macky Sall a salué la forte mobilisation des Sénégalais, samedi dernier, lors du lancement de la première Journée nationale du nettoiement.

Côte d'Ivoire :

La douzième édition des journées géographiques, organisée par l’Association des géographes de Côte d’Ivoire (AGCI) se tiendra du 17 au 20 février 2020 à Grand-Bassam autour du thème «changement climatique en Afrique Subsaharienne : de la vulnérabilité à l’adaptation». Expliquant les enjeux de la rencontre, le maître de conférences à l’Institut de géographie tropicale, Dr Pauline Dibi, a précisé qu’elle mettra un accent particulier sur l’apport de l’observation de la terre (télédétection) dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Près de 500 experts nationaux et internationaux en provenance d’une quinzaine de pays sont attendus dans la cité balnéaire pour débattre des services climatiques portant sur les services et les produits issus de la recherche météorologique et climatologique, le dérèglement du système climatique, a-t-il dit, mettant en exergue l’influence humaine sur le climat, les effets du réchauffement climatique. Togo:

Une organisation panafricaine vise à renforcer la conscience des jeunes autour des questions climatiques, avec 25 groupes rien qu'au Togo.

Dans ce cadre, l'ONG "jeunes volontaires pour l'environnement" organise des campagnes de sensibilisation au profit des jeunes togolais pour protéger l’environnement et faire face aux changements climatiques.

RD Congo:

Le programme d'assainissement de la ville de Kinshasa, lancé en octobre dernier pour rendre cette ville bien propre, semble loin des objectifs pour lesquels il a été conçu. La capitale congolaise se trouve encore dans un état d’insalubrité inacceptable. Des déchets sont jetés partout mêmes dans des rivières et des caniveaux, dénoncent les Kinois. 

Ces derniers temps, les eaux des rivières traversant la ville de Kinshasa ont du mal à être versées au fleuve Congo. Et pour cause, des bouteilles plastique principalement, et autres ordures ménagers qui y sont jetées, bloquent parfois le passage de ces eaux. C’est le cas des rivières Kalamu, de la rivière Mososo et de la petite rivière dans la commune de Barumbu, pour ne citer que celles-là.

Le programme d’assainissement de Kinshasa, qui occupe 20 % du budget annuel de la province, n’est pas seulement le débouchage des rivières, caniveaux et autres canaux d’évacuation des eaux, chose qui n’est pas bien faite selon l’avis de certains Kinois, mais c’est aussi la bonne gestion des taxes que versent les entreprises commercialisant les objets en plastique. L’objectif est d’assainir cette ville, qui déverse chaque jour au moins 9 000 tonnes de déchets, relèvent certains observateurs.

Gabon:

Les chantiers des bassins-versants inachevés, notamment à Libreville, étaient au centre de la réunion, mercredi, entre le ministre de l'Économie, Jean-Marie Ogandaga, son collègue des Travaux publics (TP), Léon Armel Bounda Balondzi, et le président de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC), Fortunato Ofa Mbo Nchama.

L’état actuel bassins-versants dont le chantier a été lancé en 2014 a des conséquences néfastes sur l’environnement, en plus des inondations devenues monnaie courante en période de pluie. 

A cet égard, le ministre de l’Économie, a souligné lors de cette rencontre, qu'"il faut absolument finaliser ces projets, qui ne sont pas allés à leur terme pour des raisons diverses. D’où la décision du gouvernement d’accorder une attention particulière à ce dossier". 





Nouveau commentaire :
Twitter