MAFRIQUE

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Maroc-Afrique
Le Mercredi 16 Octobre 2019 - Par MAP

Benguérir : L'apport indéniable de la femme rurale au développement agricole sous les feux des projecteurs


Benguérir (province de Rhmana) - L’apport indéniable des femmes et des jeunes filles rurales à la transformation et au développement du monde agricole, a été, mardi, sous les feux des projecteurs, à l’occasion de la 2ème édition de "Al Moutmir Open Innovation Labs", organisée à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) à Benguérir.


Conscient du rôle décisif et incontournable des femmes rurales dans le développement agricole, le Groupe OCP a tenu à célébrer la Journée Internationale de la femme rurale, qui coïncide avec le 15 octobre de chaque année, à travers l’organisation de cette Rencontre sous le thème "Femmes et filles rurales : partenaires incontournables pour construire le modèle de développement agricole d’aujourd’hui et de demain".

Cet événement a été rehaussé par la présence de plus de 550 participants, parmi lesquels des agricultrices, des femmes entrepreneurs, des économistes, des agronomes, des femmes actives dans le milieu associatif, des sociologues, des chercheurs, ainsi que des représentantes de plusieurs organisations internationales (FAO, Banque Mondiale, ONU-Femmes…) et continentales.

Pour cette 2ème édition, "Al Moutmir Open Innovation Labs" visait à créer un espace de réflexion en vue d’explorer les outils les plus innovants visant le renforcement de la résilience de la femme et de la fille rurales, tout en leur permettant d’ancrer davantage leurs empreintes en vue de la conception d’un nouveau modèle de développement agricole inclusif et générateur de croissance durable.

Intervenant à l’ouverture de cette Rencontre, Mme Fatiha Charradi, vice-présidente Marché local et Développement agricole à l’OCP, a indiqué que "Al Moutmir Open Innovation Labs" se veut "un lieu privilégié et ouvert pour partager, échanger, construire et proposer ensemble des modèles innovants, adaptés et à fort impact" à même d’être portés par les différents acteurs au profit de toute la chaîne de valeur, notamment les petits agriculteurs et agricultrices.

Et d’ajouter que l’OCP, fortement engagé pour une agriculture prospère et durable au Maroc et en Afrique à travers une pléiade d’offres et de services que comprend "Al Moutmir", est aussi conscient qu’une croissance et un développement durables ne sauraient être pensés autrement que d’une manière inclusive mobilisant l’ensemble des forces vives, notamment la femme et la jeune fille rurale en tant que capital inestimable aux côtés des agriculteurs.

Relevant l’importance que revêt l’organisation de cette 2è édition d’"Al Moutmir Open Innovation Labs" dédiée aux femmes et filles rurales en tant que "moteurs et partenaires incontournables" aux côtés des agriculteurs hommes pour dessiner les traits d’un modèle de développement d’aujourd’hui et de demain au Maroc et dans le Continent, elle a expliqué que le Groupe OCP dispose d’un programme sur mesure à destination des agricultrices, dont le but est de renforcer les capacités des femmes actives dans le milieu rural.

Baptisé "Elle Moumtir", ce dispositif se veut un programme de renforcement des capacités avec pour mission de contribuer à accompagner les femmes actives dans le monde rural vers une posture de changement et ce, en valorisant leurs activités, en renforçant leurs capacités techniques, agricoles, entrepreneuriales, aussi bien individuelles que collectives, et en encourageant la mise en réseau pour faire émerger de nouvelles initiatives communes et impactantes.

A travers "Elle Moutmir", quatre autres initiatives ont été mises en place afin de répondre au mieux aux besoins de la femme rurale : "Women farmers program" qui inclut l’accompagnement agronomique de proximité des agricultrices et des femmes d’agriculteurs dans les différentes provinces du pays, le "Women cooperatives program" qui cible les coopératives et autres organisations professionnelles féminines oeuvrant dans la production et la valorisation des produits agricoles et de terroir, "le Young women program" qui vise, quant à lui, les jeunes femmes actives dans les communes rurales ayant une fibre pour l’entreprenariat et "le Women agri-retailers program" qui propose aux femmes entrepreneurs dans la filière des engrais le renforcement des capacités.

Et Mme Charradi de poursuivre que l’OCP s’attache via cette plate-forme à se pencher aussi sur d’autres problématiques "connexes et complexes" à travers une démarche "entrepreneuriale et partenariale" qui mobilise les expertises idoines dans le domaine.

Elle a, en outre, indiqué que les belles avancées réalisées ces dernières années par les femmes citadines ne sauraient occulter la dure réalité dans laquelle vivent les femmes rurales, qui représentent près de 43% des travailleurs dans le milieu agricole et peuvent dans certaines régions culminer à 70%. 

Et Mme Charradi de conclure qu’il faut agir tous pour réduire les fractures et lutter contre les inégalités dont souffre la femme rurale afin de lui redonner la place, largement méritée, qui lui revient de droit.

Lors de cette Rencontre, trois thématiques principales ont été traitées à travers trois panels. Le premier, qui a porté sur "La femme, le cœur battant du développement rural marocain et africain", a permis aux intervenants d’insister sur la question de l’emploi non rémunéré des femmes rurales, soulignant l’impératif de garantir l’égalité des droits hommes-femmes notamment dans le monde rural, faciliter à la femme rurale l’accès à la terre (sachant que 1% seulement des femmes dans les zones rurales au Maroc sont propriétaires de terres agricoles), au financement pour le développement de leurs activités, et au savoir, à la technologie et à l’innovation en vue de renforcer leur autonomisation.

Ils ont aussi relevé la nécessité d’investir dans la femme rurale pour lui permettre de réaliser son plein potentiel et d’assumer son rôle en tant qu’acteur indispensable pour un développement pérenne et durable du domaine agricole.

Le 2ème panel a été axé sur "La femme rurale, gardienne des valeurs ancestrales et créatrice de valeur ajoutée : Un regard nouveau sur le patrimoine immatériel marocain/africain et sa valorisation". Ainsi, les orateurs ont été unanimes à affirmer que l’autonomisation des femmes rurales constitue la clé de voûte pour le développement du monde agricole, d’où l’importance de la déconstruction des stéréotypes et clichés entourant la femme rurale et du changement des mentalités en vue de donner la vraie image de ces femmes et leur permettre de développer leurs compétences.

Ils ont, en outre, estimé nécessaire pour ces femmes de s’affranchir de certaines contraintes socio-culturelles et économiques, tout en mettant en avant l’importance de l’éducation pour la lutte contre l’exclusion de la femme rurale et le renforcement de ses capacités pour jouer pleinement son rôle dans la transformation du monde agricole aux côtés des hommes, à même d’être un puissant moteur de progrès.

Quant au 3ème panel, qui s’est focalisé sur le "regard vers le futur : la femme rurale catalyseur de changement et d’innovations", il a été marqué par les témoignages de femmes et membres d’associations qui ont pu surmonter les obstacles et emprunté le chemin de l’innovation et de la créativité pour réussir dans leurs domaines respectifs à même de devenir des modèles à suivre.

L’assistance a, dans ce sens, suivi avec beaucoup d’intérêt des exemples de femmes du sud du Royaume qui ont réussi à innover pour la promotion, la commercialisation et la diversification des produits du terroir à même de booster le tourisme rural, créer des activités génératrices de revenus et attirer des investissements étrangers dans la région, ou ceux d'associations qui ont réussi à venir à bout du problème de la pénurie d’eau dans des régions confrontées à la sécheresse, en procédant par exemple à la mise en place dans la région de Sidi Ifni d’un vaste réseau de filets collecteurs de brouillard (CloudFisher) permettant l’adduction d’eau potable dans des villages hors des réseaux principaux de distribution de cette denrée vitale.

Ce projet basé sur la technique du captage de brouillard a ainsi permis de lutter contre le décrochage scolaire des enfants qui étaient contraints de parcourir de longues distances pour chercher de l’eau pour leurs familles, et aussi de faire gagner aux femmes et filles rurales des heures de temps de travail et de recherche de cette denrée vitale, et de bénéficier de formations pour la lutte contre l’analphabétisme et la création d’activités génératrices de revenus pour contribuer à stopper l’exode rural.

Les participantes ont aussi eu l’occasion d’avoir un large aperçu sur les actions menées par le Groupe OCP dans le cadre de sa démarche citoyenne "Act4Community", qui s’assigne pour principal objectif d’impacter durablement le développement de l’écosystème local.

Au terme de cette 2ème édition d’"Al Moutmir Open Innovation Labs", 13 Trophées de Reconnaissance ont été remis à des modèles de femmes issues du monde rural agricole pour honorer leurs initiatives et leurs capacités à la création de valeur.

A rappeler que "Al Moutmir Open Innovation Labs" s’inscrit dans le cadre de la dynamique d’échange initiée par le Groupe OCP avec les différents acteurs engagés dans le développement des filières agricoles. Son objectif est d’explorer des modèles innovants dans divers domaines à même de favoriser le développement d’une agriculture prospère et durable au Maroc et en Afrique. 





Nouveau commentaire :
Twitter