MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Mardi 4 Février 2020 - Par MAP

Afrique du Sud: Les employés de la SAA ne doivent pas payer pour la corruption et la mauvaise gestion des décideurs



​Johannesburg - Les employés de la compagnie aérienne sud-africaine, South african airwaiys (SAA) ne doivent pas perdre leurs emplois en raison de "la corruption et de la mauvaise gestion pratiquées par les décideurs de la compagnie", ont indiqué les deux principaux syndicats du pays.


Il aurait été "extrêmement imprudent et négligent" que l'État permette à la SAA ou à toute autre entreprise publique à faire faillite, ce qui aurait pu engendrer la perte de milliers d'emplois, ont estimé le Syndicat national des métallurgistes d'Afrique du Sud (NUMSA) et l'Association sud-africaines des équipages de cabine dans un communiqué conjoint.

En proie à une grave crise financière, la compagnie publique a bénéficié, fin janvier, d'un nouveau plan de sauvetage de l'ordre de 244 millions de dollars, octroyé par la Banque de développement d'Afrique australe (DBSA).

La SAA, qui n’a pu réaliser de bénéfice depuis 2011, ne doit sa survie qu’aux plans de sauvetage du gouvernement durant les trois dernières années. La situation du transporteur et d’autres entreprises publiques, en difficultés en raison de la mauvaise gouvernance, a porté une grave atteinte à la confiance des investisseurs dans les perspectives d’avenir de l’Afrique du Sud.

Depuis janvier, la compagnie rongée par de longues années de corruption et de mauvaise gouvernance, a annulé à deux reprises une trentaine de vols domestique et internationaux.

Par ailleurs, pour remédier à ses difficultés financières graves, elle a décidé récemment de mettre en vente neuf de ses appareils Airbus. 




Nouveau commentaire :
Twitter