MAFRIQUE

        
MAfrique
Le Samedi 1 Février 2020 - Par MAP

1er FAAPR: Digitalisation et modernisation des établissements pénitentiaires, quelles perspectives ?



​Rabat - Un panel organisé, vendredi à Rabat, dans le cadre du 1er Forum Africain des Administrations Pénitentiaires et de Réinsertion-FAAPR (30-31 janvier), a mis l'accent sur les perspectives de modernisation de l'Administration pénitentiaire, en adoptant des outils digitaux.


Les participants à ce panel se sont attardés également sur le rôle que pourrait jouer le numérique et le digital dans la facilitation des tâches quotidiennes des personnes incarcérées.

Ainsi, la représentante de l'Agence de Développement du Digital (ADD), Hajar Khiyatti, a mis l'accent sur la "Digital Factory", une organisation innovante, un espace physique et un style de travail d'équipe multidisciplinaire adoptant des principes agiles.

Cet espace a été élaboré pour faire face à certains problèmes rencontrés dans les établissements pénitentiaires, à savoir le droit à la visite, la procédure sur papier, le sous effectif des agents mobilisés, a-t-elle expliqué, ajoutant que l'adoption de cette technologie témoigne de la volonté de la DGAPR d'améliorer le digital au sein des établissements pénitentiaires au service des personnes incarcérées.

De son côté, M. Philipp Meissner, conseiller interrégional pour la réforme des office des nations unies contre la drogue et le crime (UNUDC) a consacré son intervention à présenter des solutions adéquates pour transformer les "règles de Mandela" en pratique.

Pour cette raison, a-t-il expliqué, l'ONUDC a mis en place un cours d'apprentissage (e-learning), proposant conseils pratiques pour le personnel pénitentiaire sur la manière d'appliquer ces règles, chacune selon une situation bien précise, notamment les conditions de détention dans les prisons, le régime carcéral, la Sûreté et sécurité et les soins de santé.

Pour sa part, M. Moulaye Abdellah, Directeur de l'Administration Pénitentiaire en Mauritanie et Président du Réseau Colorado pour l’émergence Pénitentiaire en Afrique de l’Ouest et du Nord (RECEPAON) a indiqué que le RECEPAON est l'occasion pour les pays membres d’examiner les possibilités de mutualisation des efforts pour faire face aux problématiques liées à la gestion des détenus en général, mais aussi pour des faits de terrorisme, de radicalisation, et d'extrémisme en milieu carcéral et de formation de personnels pénitentiaires.

Il a ajouté que le RECEPAON s'assigne également pour objectif la promotion de l'interaction et la collaboration internationales en matière des services pénitentiaires, le partage et l'échange d'expertise, la promotion des droits de l'Homme, ainsi que la contribution à la définition des normes professionnelles en matière pénitentiaire.

Le Directeur du Centre pour la Gouvernance du secteur de la Sécurité de Genève (DCAF), M. Thomas Gürber, a, quant à lui, souligné que la ratification par le Maroc de l’application effective du Protocole Facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture démontre l’engagement sans faille du Royaume pour prévenir les violations des droits humains en détention, protéger les personnes privées de liberté, et agir de manière concrète contre la torture et les mauvais traitements.

Il a, dans ce sens, salué les initiatives de La DGAPR, engagée fortement dans la protection et la promotion des droits de l’Homme, pour instiller au personnel pénitentiaire une culture basée sur le respect des droits humains par le biais de formations et d’ateliers de sensibilisation.

Au service des institutions marocaines de sécurité et de justice depuis 2006, le DCAF souhaite, par cette occasion, renouveler sa volonté de poursuivre son engagement auprès de la DGAPR, et d’être attentif à ses besoins et priorités, a-t-il fait savoir.

De son côté, Mme Uju Agomoha, représentante du contrôleur Général des Prisons, République fédérale du Nigeria a fait observer que les ressources humaines sont d'une importance capitale dans les établissements pénitentiaires, mettant en avant les efforts de son pays pour moderniser les prisons selon des normes internationales.

Mme Agomoha a également souligné l'impératif de lutter contre la récidive et d'adopter un cadre législatif visant à encourager les initiatives et les pratiques dans ce sens.

Près de 450 participants représentant 36 délégations ont pris part à cet événement d'envergure qui a porté sur des thématiques aussi variées que l’approche participative efficace pour préparer les détenus à la réinsertion, les expériences des différentes administrations pénitentiaires ou encore la modernisation de l’administration pénitentiaire et l’efficacité de l’élément humain. 


Topics : FAAPR


Nouveau commentaire :
Twitter